Avec leurs affiches, Mika et neuf autres artistes redonnent des couleurs à Paris

Les affiches réalisées par dix artistes, dont le chanteur Mika, seront exposées en mars à Paris. Un projet mené par l'artiste pour redonner vie à une capitale culturelle qui s'essoufle.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Mika et Yasmine, affiche abribus "Pour le rituel du Printemps 2021" (Musée des Arts Décoratifs)

Dix affiches réalisées par des artistes, dont Mika, vont être exposées en mars à Paris, sur les mâts-drapeaux et les colonnes Morris, orphelines des spectacles, films et expositions en raison de la pandémie, a indiqué ce vendredi 26 février la mairie.

Mika et Yasmine, affiche abribus "Pour le rituel du Printemps 2021" (Musée des Arts Décoratifs)

Pour habiller les espaces d'affichage de la capitale orphelins des annonces des événements culturels habituels (cinémas, théâtre, musées), Mika, qui mène ce projet, sa soeur Paloma Penniman et le directeur du musée des Arts décoratifs Olivier Gabet ont donné carte blanche à neuf artistes pour "redonner des couleurs à Paris", titre de cette exposition éphémère à ciel ouvert.

 "Galerie éphémère en plein air"

Aurélia Durand, Laurindo Feliciano, Ugo Gattoni, Annick Kamgang, Marie Mohanna, Lamia Ziade, Alexandre Benjamin Navet, Lamarche-Ovize ou encore Rosa Maria Unda Souki : ils renouent tous avec la longue tradition des affiches artistiques de la Belle Époque, dans les pas de Toulouse-Lautrec ou Mucha. Mika a lui-même co-signé une affiche réalisée avec une autre de ses soeurs, Yasmine Penniman, avec laquelle il crée ses pochettes d'album, affiches de tournée ou autres produits depuis deux décennies.

Aurélia Durand, affiche abribus "Une soirée d’été à Paris". (Musée des Arts Décoratifs)

Ces oeuvres inédites sont exposées sur les mâts-drapeaux et les célèbres colonnes Morris, emblématiques du mobilier urbain parisien, qui appartiennent au géant de l'affichage JCDecaux. Palais de la Porte Dorée, canal de l'Ourcq, hôtel Lutetia etc : des lieux emblématiques de la capitale figurent sur plusieurs de ces oeuvres aux couleurs chaudes.

Laurindo Féliciano, affiche abribus "L’Hypothèse dualiste 2021" (Musée des Arts Décoratifs)

"Avec l'arrêt des spectacles, des cinémas, des théâtres et la fermeture des musées, les espaces d'affichage par définition ne se renouvelaient pas. Il y avait une forme de monotonie visuelle", explique l'artiste d'origine libanaise, âgé de 37 ans. "J'ai donc voulu raviver les couleurs de Paris en créant un espace créatif comme une grande galerie éphémère en plein air".

Annick Kamgang, affiche abribus "Papa" 2021 (Musée des Arts Décoratifs)

Les dix affiches seront visibles durant le mois de mars dans toute la capitale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.