Au musée virtuel de la Sacem, 4 500 documents inédits à découvrir à travers dix expositions

La société qui protège les droits des auteurs a ouvert son musée en ligne pour exposer ses archives numérisées. Au total, quelque 4 500 interviews inédites, partitions originales, paroles d'origine et photos numérisées et accessibles gratuitement.

Parmi les documents numérisés et offerts à la consultation, des correspondances de Boris Vian (illustration).
Parmi les documents numérisés et offerts à la consultation, des correspondances de Boris Vian (illustration). (- / AFP)

40 ans de punk français : c'est une nouvelle exposition virtuelle que propose la Sacem à partir du lundi 21 janvier. En juin 2018, la société qui protège les droits des auteurs, ouvrait en effet son musée en ligne pour exposer ses archives numérisées. Courrier de Boris Vian, paroles déposées de Désenchantée de Mylène Farmer, manuscrits de Pierre Henry, disséminés parmi des milliers d'autres documents : un travail de fourmi pour séparer le grain de l'ivraie dans la trentaine de kilomètres d'archives et des millions d'heures d'enregistrement accumulés en 170 ans d'existence.

200 000 visites en six mois

Au total, pour l'internaute, 4 500 documents inédits : des interviews restaurées, des partitions originales, les paroles d'origine, des photos, le tout accessibles gratuitement. En six mois, le musée virtuel a reçu plus de 200 000 visites, aussi la Sacem poursuit-elle sur cette lancée et propose cette année dix expositions pour immerger les visiteurs dans l’histoire de la musique.

"Ce qui n’étaient qu’à la base que des documents administratifs destinés à pouvoir redistribuer des droits d’auteurs sont devenus la mémoire collective de la création musicale en France, explique la directrice du musée, Claire Giraudin. C’est pour cela qu’il fallait absolument les numériser pour les partager…"

Les coups de plumes de Brassens ou Barbara, les Photomatons d'Aznavour

"L'émotion, c’est de se retrouver face à l’examen d’entrée à la Sacem écrit de la main de Brassens, poursuit, enthousiaste, Claire Giraudin. Ou les signatures à l’encre verte de Barbara, se laisser surprendre par les photos de Photomaton du jeune Charles Aznavour…"

En juin c'est le métal français qui sera mis en avant avec une grande rétrospective. Courant 2019 vous pourrez également retrouver des expositions sur les chansons érotiques, l'accordéon, l'opérette, ou encore le disco.