Post punk ! Deux expositions mode à Paris, des créateurs des années 80 aux réinterprétations actuelles

A l’approche de la semaine de la mode parisienne, les expositions se multiplient. Reflet d'une époque et d'une société, elles permettent de découvrir la mode sous un oeil neuf.

Les créateurs John Galliano et Vivienne dans le cadre de l\'exposition \"John and Vivienne\" by John Stoddart à l\'Alfalibra Gallery à Paris, septembre 2019
Les créateurs John Galliano et Vivienne dans le cadre de l'exposition "John and Vivienne" by John Stoddart à l'Alfalibra Gallery à Paris, septembre 2019 (JOHN STODDART)

La rétrospective de 26 photographies de John Stoddart retrace l’avènement et la consécration de deux icônes : John Galliano et Vivienne Westwood, qui ont changé la vision de la mode et l’influencent encore de nos jours. Elles ont été prises pendant la période post-punk entre 1987 et 1991. La seconde exposition est consacrée, quant à elle, à la punk attitude interprétée par les créateurs actuels. 

Galliano et Westwood dans le Londres des années 80, période qui rompt avec le mouvement punk des années 70

Des photographies de deux des plus grands stylistes britanniques - John Galliano et Vivienne Westwood - prises par le Britannique John Stoddart, à Londres, entre 1987 et 1991, sont exposées à l’Alfalibra Gallery. Le travail de ce portraitiste est rare et recherché puisque la majeure partie de ses photos a été prise avec des appareils photo argentiques. Avec John and Vivienne, Frédéric Fontan - le curateur de l’exposition - met en avant deux créateurs à l’avant-garde.

Cette rétrospective de 26 photographies retrace l’avènement et la consécration de ces deux icônes. Elle montre combien John Galliano et Vivienne Westwood ont changé la vision de la mode et l’inspirent encore, à tel point que leur travail artistique et créatif fait aujourd’hui parti de l’héritage culturel britannique.

C’est une plongée trente ans en arrière dans l’effervescente scène artistique londonienne. John Stoddart considère d’ailleurs son travail photographique comme un documentaire sur la mode anglaise, reflétant une période “où le savoir-faire était plus créatif, artisanal, spontané, innocent, en total opposition avec la mode d’aujourd’hui plus influencée par le marketing et la pression financière des groupes qui la dirigent”.

Le Londres des années 80, période dédiée à la romance, rompait avec l’anarchique mouvement punk des années 70, très anti-mode. C’est dans cette mouvance que de nouvelles idées créatives émergent de la part d’étudiants en art, donnant naissance au New Romantic Style. Créée avec l’objectif d’être à la fois beau et extravagant, cette scène artistique produira l’un des plus célèbres créateurs britanniques : John Galliano. La mode des années 80 était l’une des plus expérimentales dans l’histoire du style : elle poussa l’icône punk, Vivienne Westwood, à repenser son style et à embrasser de nouvelles lignes, formes et matières. Rompant alors avec les traditions, la mode devient art et les stylistes de mode deviennent stars.

Flamenco dancer by Galliano dans le cadre de l\'exposition \"John and Vivienne\" by John Stoddart à l\'Alfalibra Gallery à Paris, septembre 2019
Flamenco dancer by Galliano dans le cadre de l'exposition "John and Vivienne" by John Stoddart à l'Alfalibra Gallery à Paris, septembre 2019 (JOHN STODDART)

Galliano et Westwood étaient à un stade différent de leur carrière : Galliano était une star montante, tandis que Westwood, déjà célèbre en tant qu’icône punk, voyait sa reconversion de style consacrée par la presse du monde entier. Tous deux étaient critiqués : adulés à Paris, New York ou Milan, alors que la presse britannique ne les appréciait pas tout à fait. Malgré tout, l’Angleterre reconnaîtra leur talent en récompensant Galliano du titre de Meilleur styliste de l’année 1987. Une année aussi importante pour Westwood qui lança sa collection Harris Tweed ce qui l’a propulsée à l’international.

Exposition John and Vivienne by John Stoddart, du 18 septembre au 20 novembre 2019. Alfalibra Gallery. 324, rue Saint Martin. 75003. Du mardi au samedi de 14h à 19h.

La culture underground avec "So Punk Rive Gauche" 

"L'influence du punk sur la musique, le cinéma, l'art, le design ou la mode n'est plus à prouver ; c'est devenu l'instrument de mesure du cool" affirmait Malcolm McLaren, figure emblématique de la contre-culture britannique. Une certaine idée du punk - chic, moderne, twisté d'une sophistication toute parisienne mais sans rien perdre de sa force de subversion - est célébrée au Bon Marché Rive Gauche jusqu’au 20 octobre.

Exposition So Punk Rive Gauche jusqu’au 20 octobre 2019 au Bon Marché à Paris
Exposition So Punk Rive Gauche jusqu’au 20 octobre 2019 au Bon Marché à Paris (LE BON MARCHE)

Mode, beauté, design et food... l'exposition suit deux parcours : So Punk Music et So Punk Fashion. Dans les deux cas, ce sont des installations décalées et des produits exclusifs montrant que le punk est "the new chic". Le slogan d'hier "No Future" est remplacé par "Yes, Future !", où chacun exprime son individualité et sa créativité.

Côté mode, on retrouve les pièces phares indissociables de l’histoire du style punk : le perfecto, les chaussures Dr Martens, les percings et les slogans... Ici cette esthétique punk, jugée hier comme agressive, se la joue chic : Dr Martens déploie ses must-have assortis d'un service de personnalisation avec tags, piercings ou gravures. Même topo pour la marque Godert Me qui permet de choisir une floppée de pin's à accumuler, ou l'atelier Madlords qui réalise des tags à la carte sur les vêtements et accessoires... Les messages revendicatifs, autre fer de lance de l'époque, s'exposent sur des T-shirts Obey aux pulls en cachemire From Future, en passant par les sweatshirts Underground, le label phare des subcultures britanniques né à Manchester en 1981. On retrouve aussi le perfecto, autre étendard de la rébellion punk : en version originale chez Schott, revisité en mode edgy (motard) chez Faith Connexion, en rose candy chez Harris Wharf, en cuir coloré chez Stouls, peint et brodé sur mesure à l'atelier Notify...

Toutes les excentricités sont permises, des imprimés animaux de la marque italienne Andamane à la lingerie façon tatouage de Livy... Plusieurs maisons ont imaginé des pièces exclusives : bottines Roger Vivier en tartan ornées de la boucle carrée, mocassins Tod's cloutés, pull Alexandra Golovanoff retenu par des épingles à nourrice, boots Sartore zébrées... Vêtements et accessoires sont personnalisables à l'atelier Notify. Le denim est à l'honneur, en particulier sous sa forme "sustainable" (la mode durable, ndlr) grâce à Re/Done, la marque américaine qui donne une seconde vie aux modèles Levi's, et à East London Vintage Denim, qui modernise des stocks de jeans vintage avec l'empreinte énergétique la plus limitée possible. Un esprit eco-friendly partagé par Vestiaire Collective avec sa sélection de pièces de seconde main. A noter la présence de Maria Tash, la star du piercing de luxe, dont la spécialité est d’imaginer l'ornement parfait, composé du juste nombre de bijoux placés exactement là où il le faut, en fonction de la courbe de l’oreille. 

Exposition "So Punk Rive Gauche" jusqu’au 20 octobre 2019. Le Bon Marché. 24 rue de Sèvres. 75007 Paris.