Les street-artistes mobilisés pour soutenir l'hôpital public : une vente en ligne qui fait un tabac

A l'initiative du pochoiriste Raf Urban, l'association SAATO a appelé des street-artistes à créer des oeuvres au profit de l'AP-HP. Elles partent comme des petits pains

De gauche à droite, Sema Lao, \"Despair\", Levalet, \"Undercover\", Sandrot, \"Confinement 5\"
De gauche à droite, Sema Lao, "Despair", Levalet, "Undercover", Sandrot, "Confinement 5" (SAATO)

L'association SAATO a lancé fin mars un "festival d'art urbain confiné" : elle met en vente en ligne des œuvres d'art qu'elle a demandées à une centaines de street-artistes au profit du fonds d'urgence de l'AP-HP. Et l'opération fait un tabac avec déjà plus de 150 œuvres vendues pour près de 38.000 euros.

Les œuvres partent comme des petits pain. Comme nous avons pu le constater, à peine mises en lignes, elles trouvent un acheteur qui contribue ainsi au fonds d'urgence de l'AP-HP (Assistance publique – Hôpitaux de Paris ). A l'initiative de Raf Urban, qui a lui-même contribué avec plusieurs pochoirs, l'association SAATO, qui soutient des projets liés à l'art urbain, a appelé plus de cent artistes à créer des œuvres de petit format (A4) sur support libre (papier, bois, métal, carton...). Six sont mises en vente chaque jour.

Raf Urban, \"Hope\"
Raf Urban, "Hope" (SAATO)

Toute la recette au profit des hôpitaux

SAATO et les artistes ne touchent pas un euro, tout le produit des ventes est versé au fonds d'urgence, qui sert à améliorer les conditions de travail du personnel des hôpitaux (aménagement des locaux, achat de matériel, renfort en personnel), à l’organisation des soins dans le cadre de la crise du coronavirus ainsi qu'à la recherche qui doit être réalisée rapidement en lien avec la pandémie.

Au fur et à mesure que les œuvres sont créées, elles sont mise en ligne au prix de quelques centaines d'euros sur le site du projet et on peut les acquérir en les réservant par texto auprès de Saato, avant de réaliser son don directement sur la cagnotte dédiée. Les contributeurs recevront leur œuvre après le confinement, pour ne pas surcharger la Poste.

Ciyo, \"La main sur le coeur\"
Ciyo, "La main sur le coeur" (SAATO)

Déjà 150 œuvres vendues

A ce jour, près de 38 000 euros ont déjà été récoltés auprès de plus de 150 contributeurs, soit bien plus que ce que les organisateurs avaient prévu au début de leur opération, le 26 mars. Certaines œuvres partent très vite, en quelques minutes à peine, comme nous avons pu le constater avec ce portrait d'enfant d'Enaer mis en ligne aujourd'hui 21 avril.

Le projet permet aussi de proposer de l'art aux amateurs confinés, soulignent ses organisateurs. Si vous n'êtes pas assez rapide pour acheter une œuvre, vous pouvez toujours les retrouver sur le site de Saato, sur Instagram et sur Facebook.

ONSEPT, \"Stay At Home\"
ONSEPT, "Stay At Home" (SAATO)
Planète masquée

La plupart des créations ont pour sujet le virus et la recherche (une main gantée sort de l'eau, tenant une gélule, cernée par le virus, pour Revas), le confinement et le slogan "Restez chez vous" avec des maisons barricadées (Hobz) ou un poisson dans un bocal (Sandrot), et bien sûr le personnel soignant, avec des figures masquées, dont une infirmière avec des gants de boxe (Graffmatt). La planète est elle-même masquée (Humaniterre de Melissa Follet). On trouve aussi de nombreux oiseaux, de mauvais augure ou porteurs d'espoir, et même un Pangolin Mechanimal (Ardif).