Cet article date de plus d'un an.

Dans le Haut-Rhin, le succès d'un "street art tour" à ciel ouvert

À l'heure du pass sanitaire, le "street art tour" créé dans les rues de plusieurs communes du département du Haut-Rhin rencontre un franc succès. Gratuit et en extérieur, il est accessible à tous y compris les personnes qui ne sont pas vaccinées. 

Article rédigé par
Camille Belsoeur - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des oeuvres exposées dans le musée Mausa dans le Haut-Rhin.  (FRANCEINFO)

C'est le fait du hasard. Jamais la communauté de communes Pays Rhin Brisach, qui rassemble 29 localités, n'a voulu promouvoir un événement ouvert aux personnes non vaccinées. Sur ces terres alsaciennes, où est niché depuis 2018 le Musée d'art urbain et de street-art (MAUSA) de Vauban, le "street art tour" a simplement rencontré un public qui fuyait les expositions en intérieur depuis l'instauration du pass sanitaire. 

"Ce n'est pas calculé du tout. On s'en est rendu compte parce qu'il y a une demande à l'office de tourisme qui est partenaire. Il y a beaucoup de gens qui demandaient : "Qu'est-ce qu'on peut faire sans pass sanitaire?". La réponse toute simple c'était de dire qu'il y a le street art tour. Il y a des oeuvres d'artistes internationaux disséminées dans le territoire que vous pouvez faire un peu à pied, à vélo beaucoup et aussi en voiture. Donc c'est venu naturellement", témoigne Stanislas Belhomme, le co-fondateur du Mausa, à propos de ce succès. 

Un portrait de Victor Schoelcher à Fessenheim

Depuis 2018 et l'ouverture des 1200 mètres carrés du Mausa, la région est devenue l'épicentre d'un street-tourisme. Avant la pandémie, des passionnés venaient de Londres ou d'Amsterdam pour admirer les oeuvres du Mausa signés par les plus grands street-artistes de la planète. En refermant les frontières, la pandémie a changé la donne. C'est désormais un public plus local qui se rend au Mausa et surtout le long du parcours du "street art tour", gratuit et en extérieur. Depuis quelques semaines, l'engouement est croissant pour ce parcours.   

Une fresque de personnages peinte par l'artiste Ador.  (FRANCEINFO)

Vingt oeuvres sont visibles sur ce circuit. L'artiste Popay a repeint la salle des fêtes de Kunheim d'une mosaïque de cubes multicolores. À Biesheim, c'est une fresque de curieux personnages imaginés par l'artiste Ador qui à la bombe de peinture a pris corps sur le mur du stade. À Fessenheim, c'est Guy Denning qui a projeté sur une façade le portrait de Victor Schoelcher, l'homme politique français qui a agi pour l'abolition de l'esclavage. 

Des oeuvres qui séduisent le public et qui donneront peut-être envie à certains de se faire vacciner pour poursuivre la visite en les murs du Mausa à Neuf-Brisach. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Street Art

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.