À Toulouse, un sans-abri a construit un château féerique qui plaît aux habitants, mais pas aux élus

Dans la banlieue de Toulouse, à Tournefeuille, un sans-abri a construit un château miniature en mousse recyclée : la drôle de bâtisse plaît aux enfants, mais moins à la municipalité. Cette dernière a sommé son créateur de démonter cette œuvre, qui est aussi sa maison. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'oeuvre féérique construite par un SDF dans la banlieue de Toulouse.  (FRANCE 3)

À Tournefeuille, une commune située à côté de Toulouse, une construction fait de mousse recyclée captive les promeneurs. C'est une cabane qui s'est transformée au fil des jours en une véritable maison de hobbits selon les uns, ou en un château de conte de fées pour les autres. "Ça attise la curiosité et ça développe l'imaginaire", sourit une passante. 

Pourtant, le créateur de cette drôle d'œuvre, un sans-abri qui habite là, a été sommé par la mairie de Tournefeuille de démonter son installation avant le 2 janvier, pour raison de sécurité. Une décision à laquelle il se refuse d'obéir. "Le fait d'être ici, je suis dans l'illégalité évidemment, sauf que quand même pour faire partir quelqu'un, ça se fait de telle façon et non pas par une mise en demeure, qui n'a pas plus de valeur juridique qu'un vœu", a confié David, à France 3 Occitanie. 

À côté de Toulouse, un sans-abri a construit une maison de hobbit

Il organise des ateliers de création pour les enfants

Des habitants le soutiennent. "Cela fait râler, il ne dérange personne, et c'est joli, franchement", peste Laurent Mahout, 38 ans, un habitant de cette banlieue résidentielle de Toulouse, qui a l'habitude d'emmener sa fille de 6 ans sur place le dimanche, journée pendant laquelle David, le SDF de 53 ans, organise bénévolement des ateliers de création pour les enfants.

Le sans domicile fixe s'était d'abord installé dans ce parc de la commune de Tournefeuille en construisant une cabane. Puis, après les reproches d'une passante qui lui a dit que sa construction était sale, il a voulu embellir la devanture de son abri précaire. 

Avec de la mousse recyclée

Après avoir enjolivé la façade, David a finalement peu à peu étendu sa création, qui s'est transformée en une construction féerique. Il s'est servi principalement de mousse recyclée pour construire sa maison magique. "La cabane a évolué au fil des mois, c'est génial, c'est magique", rapporte Souhail Amirouch, 28 ans, un habitant du quartier, qui ne savait pour autant "pas que quelqu'un vivait dedans".

Dans la rue depuis un an et demi, après que son appartement a été squatté, David espère rester dans son logis jusqu'à la fin de l'hiver. La municipalité se défend de pousser l'homme à la rue. "La mise en demeure est prorogée jusqu'à ce qu'on trouve une solution", indique-t-elle, précisant vouloir "traiter le volet social" avant de statuer sur le sort de l'abri de fortune.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Street Art

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.