A la recherche des œuvres du street-artiste Alex Tréma dans les rues de Belfort

Le week-end dernier, les habitants de Belfort ont participé à une véritable chasse au trésor. Objectif : trouver les pochoirs de l’artiste français Alex Tréma.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Pochoir d'Hubert-Félix Thiéphaine réalisé par l'artiste de street art Alex Tréma  (Capture d'image / France Télévisions)

C’est sa marque de fabrique. Alex Tréma dissémine depuis 2013 ses créations dans les rues des villes. Un projet artistique intitulé Take me. Après Paris ou encore New York, l’artiste français a le week-end dernier dispersé dans sa ville natale, Belfort, 24 portraits représentant une personnalité locale.  

Concept artistique "Take me" à Belfort

Créer du lien 

Il fallait avoir l’œil pour les trouver et aussi un peu de chance. Précieusement protégés dans des pochettes, les pochoirs ont été dispersés un peu partout dans la cité du Lion par son auteur, en personne. "Il n’y a pas de logique dans la pose", explique Alex Tréma, mais l’artiste avoue avoir privilégié les rues de son enfance, la vieille ville ou encore le quartier où habitaient ses grands-parents.

L’idée, c’est de "venir chercher les gens avec quelque chose qui leur est offert à un endroit, à un moment où ils ne l’attendent pas. Déclencher quelque chose, créer du lien à travers une oeuvre d’art"

Des pochoirs à l'effigie de Thiéphaine

A peine caché, déjà trouvé. C’est tout sourire qu’une fan tombe, quelques minutes après sa pose, sur la personnalité choisie par Alex Tréma pour représenter Belfort et sa région. Il s’agit du portrait de l’auteur-compositeur-interprète Hubert-Félix Thiéphaine, né en Bourgogne-Franche-Comté. "C’est génial", s’exclame-t-elle. "J’adore le street art. C’est super qu’Alex Tréma vienne ici alors qu’il a fait Barcelone, Paris…", ajoute-t-elle. Celles et ceux qui trouvent les pochoirs sont invités à se prendre en photo avec l’œuvre pour ensuite envoyer le cliché à l’artiste. Chaque enveloppe déposée contient aussi un texte qui explique ce concept artistique.     

En huit ans, Alex Tréma a disséminé ainsi plus de 800 de ses créations dans une trentaine de villes du monde. Des portraits du chanteur Arno à Bruxelles ou encore du réalisateur Martin Scorsese à New York. Plus de 150 heureux découvreurs ont envoyé une photo de leur trouvaille.

Pochoir de Martin Scorses avec l'une de "ses découvreuses"  (Capture d'image / France Télévisions)

Prochain projet de l’artiste : un Take me à Belfast, en Irlande du Nord.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Street Art

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.