À Bordeaux, le pont d'Aquitaine s'illumine d'une fresque franco-cubaine sous les bombes d'un duo de graffeurs

Invités à participer au festival Cubacalan, les street-artistes Mr Myl et Möka 187 ont obtenu l'autorisation exceptionnelle de créer un graff géant sur l'ouvrage.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le street artiste cubain Mr Myl en pleine création sous le pont d'Aquitaine à Bordeaux (France 3 Nouvelle Aquitaine)

Depuis quelques jours, les piliers de béton du pont d'Aquitaine de Bordeaux se parent d'immenses fresques aux couleurs chatoyantes de Cuba. Invité dans le cadre du projet Cubacalan, le street artiste de La Havane, Mr Myl, partage ses bombes et ses pinceaux avec le Bordelais Möka 187. Ensemble, ils essaiment leurs oeuvres dans tout le quartier Bacalan. 

Graff Cubain Bordeaux

Graffer sur un site interdit

Laisser sa trace dans des endroits secrets, inaccessibles ou défendus, c'est un peu la marque de fabrique du street art d'origine. Alors quand l’association Bordeaux Parallaxes a proposé à Möka 187 et Mr Myl de s'emparer du pont d'Aquitaine, le duo franco-cubain a immédiatement sauté sur l'occasion. Une performance unique sur un site habituellement interdit qui s'avère gigantesque : les fresques ultra colorées font plus de huit mètres de haut. "C'est très compliqué d'obtenir les murs du pont d'Aquitaine pour les graffeurs", explique Möka.

Un pont entre Bordeaux et la Havane

Le projet Cubacalan met à l'honneur l'art urbain d'une rive à l'autre de l'Atlantique. "C'est une belle aventure humaine", se réjouit encore Möka 187. En à peine quelques jours, la métropole bordelaise a pris un petit air de San Isidro, ce vieux quartier portuaire de La Havane métamorphosé depuis quelques années par le street art où les œuvres des jeunes "grafitero" rivalisent désormais avec les traditionnels slogans politiques.

Parmi eux, Mr Myl, qui pare les murs de son mystérieux personnage aux incisives saillantes. "Mon message, c'est le thème de la liberté et le désir d'être libre et soi-même, mais de façon plus basique, c'est une liberté qui permet d'agir, c'est un thème très important, surtout quand on vient de Cuba", explique Mr Myl. L'aventure entre les deux artistes va se poursuivre : dans quelques mois, c'est Möka 187 qui s'envolera pour colorer les murs de La Havane.

Projet en commun des deux street artistes Mr Myl et Möka 187 dans le quartier Bacalan de Bordeaux  (France 3 Nouvelle Aquitaine)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Street Art

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.