Sophie Lécuyer fait vivre ses estampes dans "Flore", un court-métrage d’animation onirique

"Flore", c’est le titre du premier court métrage d’animation de Sophie Lécuyer. Passionnée de gravure, l’artiste plasticienne met en mouvement son univers peuplé de femmes, de fleurs et d’insectes. Un mode fascinant à découvrir à la Galerie My Monkey à Nancy jusqu’au 25 janvier.

Passer de l\'image figée à l\'image animée : une nouvelle expérience et un rêve d\'enfance pour Sophie Lécuyer.
Passer de l'image figée à l'image animée : une nouvelle expérience et un rêve d'enfance pour Sophie Lécuyer. (Sophie Lécuyer (détail affiche Flore))
Mystérieux. Onirique. Ténébreux. Envoûtant. Voilà les adjectifs qui viennent à l’esprit quand on découvre l’univers de Sophie Lécuyer. À 31 ans, cette jeune femme originaire des Vosges a su créer un monde très personnel, inspiré des contes et de la mythologie, où la femme, la faune et la flore tiennent une place centrale. 

Je creuse, je gratte, je taille la route à travers l'encre. Laissant derrière moi ce sillon : Le dessin. Comme une faille qui s'entrouveSophie Lécuyer


Reportage France 3 Lorraine : A. Chery / E. Bertrand / C. Perrin

Adepte de la gravure mais fascinée depuis l’enfance par l’animation, Sophie a voulu donner une dimension nouvelle à cet univers figé en mettant en mouvement des estampes découpées, traitées avec la technique du monotype. Des éléments anatomiques et végétaux que l'artiste a mélangés sans s’imposer de contrainte : le court métrage "Flore"a été élaboré sans scénario ni story-board préalable et avec la complicité du designer sonore Morgan Fortems.

Une passion pour le dessin

Née en 1987 dans les Vosges, Sophie Lécuyer a baigné dans l’univers artistique depuis son enfance, passant des heures dans l’atelier de son père, un ancien des Beaux-Arts devenu graphiste et photographe. Elle découvre la gravure et la sérigraphie à lʼÉcole Nationale Supérieure dʼArt de Nancy dont elle sort diplômée en 2010.

Depuis, elle déploie son univers au gré des résidences, des expositions et de diverses publications. Son travail a été remarqué outre-Atlantique par le New York Times qui l’a sollicitée à trois reprises fin 2015. Sophie a également travaillé pour la revue XXL, le magazine Influencia et l’imagerie d’Épinal. En 2016, elle a illustré un ouvrage bilingue français/anglais consacré à Peter Pan, avec J. M. Barrie (Éditions de l’Oxalide).

(DR)

La teChnique du monotype

Le monotype est une estampe obtenue par un procédé non reproductible. Une technique que nous avons tous pratiquée au moins une fois en maternelle ! Un aplat de peinture est réalisé au pinceau directement sur une plaque de verre ou de plastique. Dans l’encre encore fraîche, on dessine au doigt ou avec une pointe. Le motif apparaît en réserve. Une feuille de papier est déposée sur l’aplat. On appuie très fort et la peinture est transférée sur la feuille.