Aristide Maillol, le sculpteur amoureux des formes au cœur d’une grande rétrospective au musée d’Orsay

Le sculpteur catalan Aristide Maillol est à l’honneur jusqu’au 21 août au musée d’Orsay à Paris. La première rétrospective consacrée à l’artiste depuis plus d’un demi-siècle, avec plus de 200 œuvres réunies.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le musée d'Orsay consacre une rétrospective au sculpteur Aristide Maillol. (CAPTURE D'ÉCRAN FRANCE 3)

Formes pulpeuses, rondeurs sensuelles : les corps nus d’Aristide Maillol sont reconnaissables au premier coup d’œil. Une œuvre majeure dans l’histoire de la sculpture au cœur d’une grande rétrospective organisée au musée d’Orsay à Paris. La première depuis l’hommage organisé en 1961 au musée national d’art moderne pour le centenaire de sa naissance. Ici, ce sont plus de deux-cents œuvres qui ont été réunies, quasi exclusivement dédiées aux femmes qui l’ont entouré.

FTR

Ses muses et la Catalogne

L’exposition invite le public à plonger dans le processus de création de Maillol, à découvrir ses sources d’inspirations et sa quête d’harmonie. Aristide Maillol (1861-1944), amoureux des formes, croquait inlassablement les silhouettes. "Il a un amour fondamental pour le corps féminin, pour sa sensualité, pour la beauté des courbes. Maillol dit : le sculpteur est un homme amoureux des formes. Et c’est vraiment cela, car dans le corps féminin, dans une sorte de rondeur, il trouve son idéal", explique Ophélie Ferlier-Bouat, commissaire de l'exposition.

Les corps de ses muses, Clothilde tout d’abord, son épouse et modèle, puis plus tard Dina, qui l’accompagnera jusqu’à la fin de sa vie. Et puis il y a la Catalogne, et Banyuls-sur-Mer, son village natal et source d’inspiration pour l’artiste. Il y restera très attaché toute sa vie, y revenant chaque hiver, comme le souligne Ophélie Ferlier-Bouat. "Il y a l’idée qu’il baigne totalement dans cet univers catalan. Cet attachement à ce Sud est pour lui une sorte de réincarnation d’une Antiquité rêvée. Pour lui, dans la Catalogne, il y a la survivance de la Grèce antique qui est extrêmement importante.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Musée d'Orsay (@museeorsay)

Aristide Maillol (1861-1944) - La quête de l’harmonie – Jusqu’au 21 août – Musée d’Orsay, esplanade Valéry Giscard d'Estaing 75007 Paris – Du mardi au dimanche de 9h30 à 18h, nocturne le jeudi jusqu’à 21h45 – Informations et billetterie sur le site du musée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sculpture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.