Toulouse célèbre le centenaire de la naissance du photographe Jean Dieuzaide avec une grande exposition

 Avec plus de 200 photos, le Couvent des Jacobins accueille une rétrospective du maître de la photographie humaniste, jusqu'au 6 mars 2022.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Exposition "Jean Dieuzaide : 60 ans de photographie" au Couvent des Jacobins de Toulouse (France 3 Occitanie)

Le photographe toulousain Jean Dieuzaide (1921-2003) aurait eu 100 ans cette année. L'occasion pour la ville de Toulouse de lui consacrer, jusqu'au 6 mars 2022, une grande rétrospective au Couvent des Jacobins. "Jusqu'ici, Jean Dieuzaide a toujours été exposé par lui-même ou par ses ayants-droit. Il fallait qu'il y ait un nouveau regard sur cette oeuvre", lance en introduction aux visiteurs la guide-conférencière, Françoise Denoyelle. 

Des clichés iconiques

Jean Dieuzaide a voué toute sa vie à la photographie. Amoureux des visages et de la lumière, il est considéré avec son ami Robert Doisneau comme l'un des chefs de fil de la photographie humaniste. Comme de nombreux photographes de l'époque, il travaille beaucoup sur commande mais son objectif n'est jamais fermé à la curiosité du monde. "Il n'avait jamais de vacances, n'avait jamais de répit, il travaillait tout le temps. Il était à la fois chef d'entreprise et artiste et faisait des recherches personnelles", rapporte l'historienne de la photographie, qui a monté l'exposition du Couvent des Jacobins. La rétrospective est l'occasion de revoir des clichés iconiques de Jean Dieuzaide, comme Dali dans l'eau, La Petite Fille au Lapin, ou encore La Gitane du Sacromonte.

L'Exposition Jean Dieuzaide du Couvent des Jacobins rassemble 148 photos (France 3 Occitanie)

Une facette méconnue de Dieuzaide

Ce regard sur les hommes et les femmes l'a fait voyager à travers l'Espagne, le Portugal ou la Turquie. Il rapporte de ses nombreux voyages une quantité astronomique de photos. Ainsi, plus de 600 000 clichés réalisés en 60 ans dressent un regard documentaire sur la société contemporaine française et étrangère. "C'est une véritable histoire de la photographie des années 1950 aux année 2000 qui est à la disposition des chercheurs", s'enthousiasme Françoise Denoyelle. C'est dans cet immense fonds qu'il a fallu choisir 200 documents. "On pourrait monter d'autres types d'expositions", assure encore l'experte. Sur les murs du Couvent des Jacobins, le visiteur peut ainsi admirer des autoportraits inédits, des explorations personnelles, des oeuvres pour certaines jamais dévoilées au grand public.

L'expostion du Couvent des Jacobins présente des clichés indédits de Jean Dieuzaide (France 3 Occitanie)

Dieuzaide le Toulousain

Il y a 47 ans, Jean Dieuzaide crée dans la ville rose, la galerie du Château d'eau, un lieu entièrement dédié à la photographie. Ouvrir un tel site était une aventure, tout était à inventer. Pendant 20 ans, Jean Dieuzaide et son épouse se sont employés à la reconnaissance de la photographie dans le champ de l’art. La rétrospective du Couvent des Jacobins est aussi l'occasion de rendre hommage à celui qui avait fait le choix de rester à Toulouse. "L'idée de cette exposition, c'est de montrer que Dieuzaide est un photographe de Toulouse mais dont l'oeuvre mérite un rayonnement national", souligne Francis Grass, adjoint au maire en charge de la culture. En 2016, la mairie de Toulouse acquiert la plus grande partie de son fonds photographique et le fait entrer dans les collections des archives municipales. 

Disparu en 2003, Jean Dieuzaide demeure aujourd'hui encore le seul photographe titulaire des deux prix Niepce et Nadar, présentés comme le Goncourt ou le Renaudot de la photographie. Son œuvre est estimée à près d'un million de négatifs.

"Jean Dieuzaide : 60 ans de photographie" au Couvent des Jacobins de Toulouse jusqu'au 6 mars 2022. Visites du mardi au dimanche, de 10h00 à 18h00 - Entrée : 4€ tarif plein

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Photographie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.