"Paris c'est beau vide, mais Paris vidé c'est dramatique aussi" : Vanessa Vercel photographie la capitale confinée

Depuis le début du confinement, la photographe pose son regard sur Paris la déserte.

Paris vide dans l\'objectif de Vanessa Vercel
Paris vide dans l'objectif de Vanessa Vercel (France Télévisions / N.Metauer / Vanessa Vercel)

C'est le rêve de beaucoup de photographes : capter des images de Paris sans voiture ni piétons. La photographe Vanessa Vercel immortalise en noir et blanc ces moments singuliers de notre histoire.

La place Vendôme déserte en pleine journée, tout comme la place de la Concorde ou le champ de Mars, Vanessa Vercel en a bien conscience, les photos qu'elles prend pendant ce confinement "vont rester dans l'Histoire parce qu'elles seront pleines de souvenirs, de beauté, de douleur aussi..."

Une impression de fin du monde

Vanessa travaille pour une agence photo et parcourt les lieux emblématiques de la capitale pour garder la mémoire de cette période inédite. Elle a choisi de travailler en noir et blanc "pour ajouter de l'intensité dans mes images". Une intensité déjà très présente dans ses clichés de Paris, vide et couvert de nuages menaçants. "On a l'impression d'une fin du monde" confie-t'elle.

Parmi les souvenirs que Vanessa Vercel gardera, ce cliché de cinq policiers les bras croisés sur l'esplanade du Trocadéro avec la Tour Eiffel en arrière plan : "Pour moi cette image représente Paris surveillé et Paris rassurez-vous, rassurons-nous. Nous sommes là on veille sur vous".

Les photos de Vanessa Vercel seront exposées en septembre à la Galerie La Manufacture, Paris 7e