Cet article date de plus d'un an.

Le peintre américain Chuck Close, figure de l'hyperréalisme, célèbre pour ses portraits géants, est mort

Grand nom de l'hyperréalisme, le peintre et photographe Chuck Close est mort ce jeudi 19 août à l'âge de 81 ans. Il était connu pour ses immenses portraits finement détaillés ainsi que ses mosaïques.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Chuck Close à une soirée au Whitney Museum of American Art à New York, le 28 février 2012 (JAMIE MCCARTHY / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Le peintre et photographe américain, Chuck Close, figure de l'hyperréalisme connu pour ses portraits géants, est mort jeudi 19 août à l'âge de 81 ans, ont annoncé les médias américains. Son avocat John Silberman, qui n'a pu être joint dans l'immédiat, a confirmé son décès au New York Times.

Des portraits immenses, plus vrais que nature

Né en 1940 à Monroe, dans l'Etat du Washington, Chuck Close était connu pour ses portraits ou autoportraits gigantesques, pour certains en mosaïques, pour d'autres tellement détaillés qu'ils ressemblaient, à l'oeil nu, à des photographies. Parmi ses sujets, il avait représenté le président américain Bill Clinton, le compositeur Philip Glass, la légende du rock Lou Reed, ou l'artiste Cindy Sherman.

Une femme observe "Phil" tableau réalisé par Chuck Close en 1969, qui représente son ami, le compositeur Philip Glass. Exposition au Whitney Museum of American Art à New York, le 23 avril 2015 (SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Paralysé par une attaque en 1988, il ne se déplaçait plus qu'en fauteuil roulant mais continuait à peindre. Exposé dans les plus grands musées, comme le MoMA ou le Guggenheim à New York, ses oeuvres ont aussi orné le métro new-yorkais.

Une femme observe l'auto-portrait en mosaïque de l'artiste Chuck Close dans une station de metro new-yorkaise, le 1er janvier 2017. (YANA PASKOVA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Une fin de vie ternie par des accusations de harcèlement sexuel

Dans des déclarations à des médias américains fin 2017, plusieurs femmes avaient affirmé que l'artiste leur avait demandé de se déshabiller et leur avait fait des commentaires explicites lorsqu'elles avaient visité son atelier. Chuck Close avait nié ces allégations, mais la National Gallery of Art de Washington avait renoncé à lui consacrer une exposition début 2018.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Photographie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.