Le moine bouddhiste Matthieu Ricard expose en photos sa conception de la beauté

Intitulée "Hymne à la beauté", cette présentation à La Défense à Paris, rassemble des scènes de vie et des paysages photographiés en différents endroits du monde

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 Le moine bouddhiste Matthieu Ricard, traducteur en France du Dalai Lama, en 2017. (JOEL SAGET / AFP)

Des portraits aux couleurs vives d'enfants et de vieillards rieurs ou des natures sauvages : avec la beauté pour fil conducteur, le moine bouddhiste Matthieu Ricard, interprète français du dalaï lama, expose jusqu'au 30 novembre des photographies à La Défense près de Paris.

Beauté ultime

"C'est la première fois qu'il a une grosse exposition photo comme ça", explique à l'AFP Corinne de Conti, directrice du Toit de la Grande Arche de La Défense (ouest de Paris), où sont présentées en grand format des oeuvres qui "méritent de la grandeur". Intitulée Hymne à la beauté, cette présentation rassemble des scènes de vie et des paysages photographiés en différents endroits du monde - Islande, Népal, Océan Pacifique, Patagonie - et met en lumière une conception de la beauté que Matthieu Ricard partage sous quatre aspects: l'humain, le spirituel, l'altruisme et la nature.

Des clichés témoignant d'une "beauté ultime, dont on se souvient, qui nous imprègne" et qui lui a servi de critère de sélection pour réunir ces 151 oeuvres, selon Corinne de Conti. Cette exposition est aussi un moyen pour Matthieu Ricard, défenseur des causes animale et écologique, d'encourager "à agir pour faire face au plus grand et urgent défi du XXIe siècle, celui de la crise environnementale", a-t-il expliqué à l'AFP.

 "Se relaxer, respirer et méditer"

En harmonie avec ses valeurs bouddhistes, l'exposition propose aux visiteurs de prendre place sur des grands poufs disposés au sol au milieu de galerie, tout près d'une étiquette invitant à "se relaxer, respirer et méditer". Elle présente aussi les personnalités ayant marqué son parcours, comme Dilgo Khyentsé Rinpoché, ancien grand maître du bouddhisme tibétain, et Drouk-kar Tsho, jeune tibétaine dont le visage est devenu le symbole de l'association Karuna-Shechen. Cette dernière, fondée par Matthieu Ricard, met en oeuvre des projets humanitaires au Népal, au Tibet et en Inde.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Photographie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.