Le Manhattanhenge, ce moment où le soleil se couche dans l'alignement des gratte-ciel new-yorkais

A quatre moments de l'année le soleil disparaît à Manhattan exactement dans l'alignement des rues, au tracé rectiligne. Un évènement particulièrement apprécié des touristes et des habitants de la Grosse Pomme.
Article rédigé par franceinfo Culture avec AFP
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min
Le soleil couchant dans l'alignement des rues de Manhattan orientées est-ouest, le 30 mai 2023 (ED JONES / AFP)

Pour quelques minutes de spectacle instagrammable, des centaines de New-Yorkais et de touristes sont sortis mardi soir pour admirer, téléphones portables au bout des bras, la furtive apparition du soleil couchant parfaitement aligné entre les rangées de gratte-ciel qui quadrillent l'île de Manhattan.

A 20h12, comme prévu, le soleil, formant une boule orange dans le ciel encore bleu de New York, s'est élevé au loin avant de disparaître, au bout de l'axe est-ouest que dessinent les rues de Manhattan, comme la 42e qui traverse Times Square.

Un moment "totalement new-yorkais"

"C'est un événement magnifique. Et c'est un moment totalement new-yorkais", s'enthousiasme Jeanette Wolfson, une professeure de sciences à Long Island, l'île qui s'étend à l'est de New York, venue faire des photos pour les montrer à ses élèves le lendemain. Et leur rappeler que, contrairement à l'impression visuelle, "ce n'est pas le soleil qui se couche, c'est la terre qui tourne et passe de la lumière à l'obscurité", sourit l'enseignante de 47 ans.

Le phénomène attire nombre de photographes armés de téléobjectifs, ainsi que touristes et New-Yorkais, qui n'hésitent pas à s'arrêter sur la chaussée, affectant très brièvement le trafic omniprésent de SUV, taxis jaunes et livreurs à vélo qui composent le paysage urbain de la Grosse Pomme.

Appareil autour du cou, Patrick Batchelder, un photographe de 59 ans, assure que ce qui compte, ce sont "Les gens : la photo elle-même n'est pas si importante. C'est le fait d'être au milieu de la foule, et de profiter de voir quelque chose d'unique à New York", explique cet habitué.

Manhattanhenge, en référence au Stonhenge anglais

L'événement se produit quatre fois par an, pendant deux jours, environ trois à quatre semaines avant et après les solstices d'été et d'hiver. Il porte le nom de "Manhattanhenge", une allusion au Stonehenge, ce grand monument mégalithique du sud de l'Angleterre, traversé au centre par le soleil lors des solstices d'été et d'hiver.

A New York, selon le plan en damier de l'île de Manhattan dessiné en 1811, la ville est découpée comme une grille entre les 14e et 155e rues.

Sur son site internet, le Musée d'histoire naturelle de New York conseille de profiter du "Manhattanhenge" au niveau des 14e, 23e, 34e, 42e ou 57e rues, pour admirer l'instant où "la ville encadre le coucher de soleil", comme le résume son astrophysicien, Neil deGrasse Tyson.

Ceux qui l'auraient manqué mardi soir pourront retenter leur chance le 12 juillet prochain.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.