Cet article date de plus d'un an.

L’engagement des reporters de guerre au cœur d’une triple exposition au Centre international de photojournalisme de Perpignan

En prélude au festival Visa pour l’image qui débutera le 2 septembre prochain, le Couvent des Minimes à Perpignan rend hommage aux photographes de guerre avec une triple exposition baptisée "Le Monde sous nos yeux". A découvrir jusqu’au 30 juillet.
Article rédigé par Stéphane Hilarion
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
"Le Monde sous nos yeux", jusqu'au 30 juillet au CIP de Perpignan. (France Télévisions / A. Sabatier)

Ils sont nos yeux sur les zones de conflit. Alors que la guerre fait rage en Ukraine, le travail des photojournalistes s'avère essentiel. "Le Monde sous nos yeux", une triple exposition du Centre international de photojournalisme de Perpignan (CIP), rend hommage à leur engagement. Et cela commence avec le travail de la cinéaste Alizé Le Maoult entrepris depuis 2012. Elle présente une série de diptyques intitulée Ce que leurs yeux ont vu… composée de portraits de reporters de guerre face à leurs images les plus iconiques ou les plus personnelles. Des portraits réalisés invariablement face à un mur.

"C’est la métaphore des murs que l’on construit en temps de paix, et que l’on détruit au fil des guerres. Et quand j’ai réalisé les diptyques, en fait ils nous regardent, et nous regardons leurs photographies. C’est vraiment un hommage à leur travail, à leur engagement, à tous ceux qui témoignent pour nous, et qu’on ne puisse pas dire : on ne savait pas", explique Alizé Le Maoult.

EXPO PHOTOJOURNALISME LE MONDE SOUS NOS YEUX
EXPO PHOTOJOURNALISME LE MONDE SOUS NOS YEUX EXPO PHOTOJOURNALISME LE MONDE SOUS NOS YEUX (France 3 Languedoc-Roussillon : A. Sabatier / C. Gedeon)

 

La guerre sous tous les angles

Autre exposition, celle consacrée à Alexandra Boulat, lauréate du Visa d’Or en 1998. Disparue en 2007, la photographe a couvert, de 1991 à 1999, les différents conflits qui dévastèrent l’ex-Yougoslavie. L'exposition baptisée Eclats de guerre, dont les clichés sont issus du fonds photographique du CIP, a été conçue par sa nièce Lucie Saada : "J’ai voulu mettre en perspective cette histoire, avec ce qu’il se passe en Ukraine et ce qu’il s’est passé en ex-Yougoslavie. C’était aussi une façon de parler évidemment de l’importance du regard des journalistes".

Enfin, les visiteurs pourront aussi découvrir les clichés en noir et blanc du photojournaliste anglais Giles Duley et son projet baptisé Legacy Of War dans lequel il explore l'impact durable de la guerre sur les individus et les communautés à travers les récits de ceux qui vivent les lendemains de ses affrontements.

Le Monde sous nos yeux
Jusqu’au 30 juillet 2023 au Centre international du photojournalisme, Couvent des Minimes
24 rue François Rabelais 66000 Perpignan, du mercredi au dimanche de 10h à 18h, le samedi de 11h à 19h - Entrée libre

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.