Découvrez en vidéo la grande exposition du Cellier de Reims consacrée au photo-reporter Gilles Caron

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Expo Gilles Caron
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture

L'exposition "Un monde imparfait" qui devait se tenir jusqu'au 7 fevrier 2021 ne pourra pas ouvrir pour cause de crise sanitaire. Elle poursuivra sa route aux Capucins de Brest à l'automne 2021. Découvrez-la en vidéo.

Gilles Caron, un monde imparfait, c'est le titre de l'exposition du Cellier de Reims qui rend hommage au grand photo-reporter à l'occasion des 50 ans de sa disparition. Crise sanitaire oblige, le site culturel est fermé au public. Mais La salle d'attente et la Fondation Caron offrent aux amateurs de photo une visite en vidéo, commentée par les commissaires de l'exposition. 

 

L'histoire contemporaine en photo

Disparu en avril 1970, à l'âge de trente ans, Gilles Caron était reporter photographe. Témoin occulaire des manifestations étudiantes de mai 68 à Paris, il immortalise des moments d'anthologie. Comme ce fameux cliché de Daniel Cohn-Bendit qui défie un CRS. L'exposition plonge le spectateur dans les conflits et les révolutions à travers le monde. Londonderry, Belfast, Prague, La guerre des six jours, le Vietnam, le Tchad ou encore la famine au Biafra, Gilles Caron est sur tous les fronts. "C'était quelqu'un de lettré, il lisait beaucoup et se tenait informé de la politique ou de la philosophie et, en plus de la maturité, il avait l'énergie de 30 ans", précise Alain Collard de l'association La salle d'attente.

La photo emblématique prise par Gilles Caron de Daniel Cohn-Bendit face à un CRS en mai 1968  (France 3 Grand Est)

L'étoile filante de l'agence Gamma

Témoin du monde à travers ses photos, c'est en Algérie, lors de la guerre, que Gilles Caron a le déclic. Ce monde le déçoit, le révolte, l’ennuie. Il n’aura de cesse de le photographier, d’en montrer les limites mais aussi les moments de grâce. Il enchaînera les photo-reportages de guerres et de révoltes. Il est l’auteur d’images "icônes" associées à ces événements, de celles qui façonnent notre mémoire collective. "On connait tous au moins une image de Gilles Caron et pourtant on ne peut pas forcément associer ces photos à un nom", souligne encore Alain Collard. 

En 1970, Gilles Caron est envoyé par l'agence Gamma au Cambodge. "Je vais partir au Cambodge, ce sera la dernière fois. D'ailleurs je resterai à Phnom Penh, je n'en sortirai pas, je ne prendrai aucun risque." Cette phrase prononcée par le photographe français juste avant son départ était lourde de sens sur le danger Khmer rouge. Gilles Caron a disparu le 5 avril de cette même année, sur la route qui reliait Phnom Penh, la capitale cambodgienne, à Saïgon au Vietnam. Il n'y a jamais eu d'enquête officielle sur sa disparition. 

Gilles Caron a produit presque 100 000 clichés durant sa courte carrière de cinq ans. 

L'exposition Gilles Caron, un monde imparfait a demandé deux ans de travail. Elle est programmée à l'automne 2021 aux Capucins de Brest. 

Un ouvrage est également disponible aux éditions du Point du jour

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Photographie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.