Un Allemand rend à la France un tableau spolié par son père en 1944

Le propriétaire du tableau est inconnu. En attendant d'être retrouvé, la toila va être restaurée et exposée dans un musée ou une mairie en Normandie

Peter Forner, et l\'Ambassadrice de France en Allemagne, Anne-Marie Descôtes entourent le tableau de Nicolas Rousseau. 
Peter Forner, et l'Ambassadrice de France en Allemagne, Anne-Marie Descôtes entourent le tableau de Nicolas Rousseau.  (BRITTA PEDERSEN / DPA)

C'est une restitution inédite. Le 23 juillet dernier, une œuvre dont on ne connaît pas l'origine a été remise à la France par un particulier. La restitution s'est faite à l'ambassade de France à Berlin. Peter Forner, un octogénaire allemand a restitué un tableau qui était accroché aux murs de son appartement, rapporte lundi 29 juillet France Bleu Normandie.

Rattrapé par sa conscience 

Le tableau, signé Nicolas Rousseau, est une scène bucolique. "Si ça avait été un Monet, je ne sais pas si je l’aurais fait !", a avoué Peter Forner à nos confrères de RFI qui l'ont rencontré. Malade, cet Allemand de 80 ans, dit avoir été rattrapé par sa conscience parce qu'il connaissait l'histoire de ce tableau depuis la fin de la guerre.

Son père, officier de la Luftwaffe stationné en Normandie, l'avait rapporté à Berlin lors d'une permission en 1944 à la demande de l'un de ses supérieurs. Mais quand il est arrivé à l'adresse où il devait le livrer, il n'y avait plus de maison. Il avait alors gardé le tableau pour lui, raconte Julien Acquatella, responsable en Allemagne de la CIVS, la Commission pour l'indemnisation des victimes de spoliations intervenues après les législations antisémites en vigueur pendant l'Occupation. Alfred Forner est mort peu de temps après la guerre.

Un long séjour à l'hôpital a incité son fils, Peter, à alléger sa conscience. Problème : personne ne connaît le propriétaire légitime du tableau. La seule information que détient le CIVS est qu'Alfred Forner a été stationné près d'un château de Dreux. Un contrat de dépôt a donc été signé et le tableau, en assez mauvais état, va être restauré et exposé dans un musée ou une mairie en Normandie, en espérant que la médiatisation de l'histoire aide à retracer son histoire.