Les œuvres colorées de Yvon Taillandier, pionnier de la figuration libre, exposées au Mans

Publié
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture

Une soixantaine d'œuvres d'Yvon Taillandier, le pionnier de la figuration libre au début des années 70, font l'objet d'une exposition au Fonds international d'art actuel du Mans jusqu'au 27 février 2022. Des œuvres colorées et instinctives accessibles à tous.

Yvon Taillandier est le premier artiste à avoir ramassé ses matériaux à même le sol, comme des cartons qu'il peignait pour les transformer ensuite en œuvres d'art. Des cartons enrichis de personnages et bonshommes aux multiples visages et aux bras allongés, ultra colorés. Un rouge flamboyant, un bleu pétaradant, un jaune lumineux. Certains cartons accrochés au mur ont plus de 50 ans. Le plus vieux date de 1974. Tous les supports, même les plus simples, sont bons pour permettre à l'artiste de s'exprimer. 

Taillandier ramassait tout ce qui traînait dans la rue. Il peignait même des bancs et a aussi décoré des voitures.

Lucien Ruimy

créateur du FIAA

Son univers à part séduit tous les publics 

Yvon Taillandier a été critique littéraire pendant plus de 15 ans avant de devenir peintre et coloriste. Il a notamment écrit sur ses amis comme Joan Miró, Pierre Soulages ou encore Georges Braque et annoncé les mouvements artistiques en devenir. Avec sa peinture gaie aux couleurs primaires et aux formes simples, l'artiste a été le précurseur de la figuration libre. Il a toujours cherché un mode d'expression libérateur pour lui et celui qui contemple ses dessins.

Ses toiles aux personnages un peu difformes cassent les codes de l'époque avec leur air un peu enfantin. Ses tableaux se veulent des hymnes à la joie qui plaisent beaucoup aux plus jeunes. La peinture libre, drôle et décontractée de Taillandier ouvre leur imaginaire. L'exposition propose d'ailleurs des ateliers aux enfants.

Exposition Yvon Taillandier, au Fonds international d’art actuel (FIAA) du Mans (Sarthe) jusqu’au mois de février.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.