Le tableau "L'Origine du monde" de Courbet tagué à la peinture rouge au Centre Pompidou-Metz

Le célèbre tableau du XIXe siècle était protégée par une vitre. Plusieurs autres œuvres ont été recouvertes par des inscriptions "Me Too", rédigées à l'encre rouge.
Article rédigé par franceinfo Culture avec AFP
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le tableau "L'Origine du monde" (1866) de Gustave Courbet lors du vernissage de l'exposition "Lacan, l'exposition - Quand l'art rencontre la psychanalyse" "au musée Pompidou-Metz, le 22 décembre 2023. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

"Me Too" au musée. La célébre peinture de Gustave Courbet, L'Origine du monde, (1866) a été taguée à la peinture rouge ce lundi 6 mai en début d'après-midi, au Centre Pompidou-Metz, selon le musée. Le tableau était "protégé par une vitre", a précisé la direction de la communication du musée, indiquant que la police était sur place pour procéder à des analyses. La toile avait été prêtée par le musée d'Orsay.

Selon la direction de la communication du musée, "un groupe de personnes" a voulu taguer plusieurs œuvres, dont celle de Gustave Courbet. Les mots "Me too" ont été inscrits sur la vitre qui protège le tableau. Cinq œuvres en tout ont été ciblées. Certaines personnes suspectées d'avoir participé à cette opération au centre Pompidou-Metz se sont enfuies. Mais deux personnes ont été interpellées après que le tableau a été tagué, selon les informations de France Bleu Lorraine Nord.

Cette "action", menée notamment par l'artiste performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, était baptisée On ne sépare pas la femme de l'artiste. Elle voulait s'inscrire dans un "mouvement mondial" de "jeunes femmes artistes de tous les domaines", a indiqué une avocate d'une des parties prenantes à l'action. "Ce qui était permis autrefois, maintenant les jeunes gens n'en veulent plus", a-t-elle poursuivi. "Deborah de Robertis est une grande artiste qui nous interroge, nous interpelle, nous dérange", selon l'avocate.

Artiste déjà condamnée

Une performance de Deborah de Robertis, baptisée Miroir de l'Origine du monde est par ailleurs exposée à proximité de L'Origine du monde dans le cadre de l'exposition du Centre Pompidou-Metz dédiée au psychanalyste Jacques Lacan. On voit l'artiste poser, le sexe nu, sous l'œuvre de Courbet, une performance réalisée le 29 mai 2014 au musée d'Orsay.

Deborah de Robertis a été condamnée jeudi 2 mai par la justice française à 2 000 euros d'amende pour s'être montrée nue en 2018 à l'occasion de l'une de ses prestations devant la grotte du sanctuaire de Lourdes (sud-ouest). Elle a aussi été plusieurs fois relaxée après des actions similaires, notamment en 2017 après avoir montré son sexe au musée du Louvre devant la Joconde, à Paris.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.