Le printemps de David Hockney illumine le musée de l'Orangerie avec une fresque géante

Publié Mis à jour
France 3 Normandie
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture

Le peintre d'origine britannique a profité de son confinement normand pour créer une oeuvre librement inspirée de la tapisserie de Bayeux. Elle est exposée à Paris jusqu'au 14 février 2022. 

C'est l'un des peintres vivants les plus côtés au monde, le britannique David Hockney présente sa nouvelle exposition à l'Orangerie à Paris. Installé dans le Calvados depuis quelques années, il puise son inspiration dans les paysages normands et du Pays d'Auge.

Un confinement, quatre saisons, la tapisserie de Bayeux, "Les Nymphéas" de Claude Monet, autant de sujets pour méditer et créer. Son exposition "A year in Normandie" est à découvrir au musée de l'Orangerie jusqu'au 14 février 2022. 

Le printemps confiné selon David Hockney

Depuis qu'il est installé en Normandie, David Hockney ne cesse de créer. Alors que le premier confinement s'abat sur le pays, le peintre réalise sur iPad, en l’espace de quelques semaines, plus de cent images. "Quand le confinement est arrivé en mai 2020, les Jeux Olympiques ont été annulés mais je me suis rendu compte qu'ils ne pouvaient pas annuler le printemps... Et le printemps cette année-là a été vraiment merveilleux", confie l'artiste. La technique lui permet une saisie rapide et précise. Dans les pas des peintres impressionnistes et de Claude Monet, il réalise cette succession de paysages normands en capturant les effets de lumière et les changements climatiques du Pays d'Auge.

Le peintre David Hockney chez lui en Normandie  (France 3 Normandie)

La tapisserie de Bayeux pour modèle

Lorsque David Hockney découvre la tapisserie de Bayeux, il est subjugué par la multitude de détails de l'œuvre. "Enfermé", dans son cottage normand pour une durée indéterminée, les images brodées qui narrent la conquête de l’Angleterre par Guillaume, duc de Normandie, au XIe siècle ressurgissent comme par magie. Germe alors le projet de dépeindre sous la forme d’un cycle narratif l’arrivée du printemps. Finalement, les jours s’égrènent, le confinement s’achève et le printemps laisse place à l’été, à l’automne puis à l’hiver. Hockney n’a pas seulement peint le printemps, mais une année entière. Le résultat donne une explosion de couleurs et de lumière sur une frise géante où les changements climatiques se déclinent en aplats juxtaposés aux accents pop.

"A Year in Normandie", exposition David Hockney à l'Orangerie (France 3 Normandie)

"David Hockney - A Year in Normandie" au musée de l'Orangerie de Paris du 13 octobre 2021 au 14 février 2022

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Peinture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.