L'art sur porcelaine sublimé par le trait aérien et subtil d'une artiste japonaise

Publié
France 3 Hauts-deFrance / J. Guery / M. Maillet / C.Delangle
Article rédigé par
Margaux Bonfils - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture

Art millénaire, la peinture sur céramique est le terrain de jeu de l'artiste Kaori Nakamatsu. Son trait fin et délicat puise son inspiration au coeur de la nature dans l'Oise.

Pétales délicats, tiges longilignes et feuilles luxuriantes, les porcelaines montrent leurs plus beaux atouts. Sous le pinceau de l’artiste Kaori Nakamatsu, la céramique éclatante prend des airs de prairie verdoyante. La jeune Japonaise a fait de cet art millénaire son savoir-faire avec comme particularité d’associer des techniques orientales, occidentales et nippones. “Mon style, c’est la finesse, quelque chose de délicat et éphémère. J'ai beaucoup de respect pour la nature et ses saisons”, précise la peintre.  

Inspirée de la nature 

L’artiste découvre ce savoir-faire avec sa mère au Japon, puis pour se perfectionner, elle apprend auprès d’un grand-maître les techniques de peinture classique européenne. Son style tout en finesse attise rapidement l'intérêt d’un grand groupe de luxe français et pousse Kaori Nakamatsu à s’installer en France. Son atelier niché à Précy-sur-Oise dans les Hauts-de-France, à deux pas du fleuve, lui permet d’être au plus proche de la nature, sa première source d’inspiration. “J’aime les plantes, les fleurs. Je regarde tout le temps et je prends des photos, ça me donne des idées”, confesse l’artiste.

À côté de ses œuvres végétales, la peintre entretient une seconde passion. Elle reproduit des scènes de l’Histoire du Japon à travers le temps. L’une d’elle réalisée sur un vase, retrace l’arrivée des Portugais sur l’archipel et les débuts du commerce entre les deux pays. Si cette fois-ci, la porcelaine qui a servi de support a été achetée, Kaori espère pouvoir prochainement confectionner de ses propres mains son matériel de prédilection.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.