Cet article date de plus de dix ans.

Hiramatsu réinterprète les Nymphéas à Giverny

Monet aimait les estampes japonaises. Le peintre contemporain Hiramatsu Reiji était fasciné par le peintre français. Le Musée des impressionismes de Giverny (Eure) consacre une exposition à ce dialogue, avec une trentaine d’œuvres de l’artiste japonais et une sélection d’estampes de la collection Monet et d’œuvres de Claude Monet (jusqu’au 31 octobre 2013).
Article rédigé par franceinfo - franceinfo Culture
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Cerisiers et Nymphéas (2011), détail. Les Nymphéas revisités par Hiramatsu, exposés à Giverny
 (Hiramatsu Reiji © Musée des impressionnismes Giverny)

Hiramatsu Reiji utilise des pigments minéraux précieux (feuilles d’or, d’argent, de platine) pour ses tableaux et paravents avec pour motif les nymphéas.
 
L’art japonais a influencé Claude Monet, comme en atteste sa collection d’estampes conservée à Giverny, où le maître de l’impressionnisme a vécu de 1883 à sa mort, en 1926, et où il a élaboré un jardin extraordinaire plein de fleurs pendant plus de vingt ans.

Reportage : J-P Lussault, L. Lagueau, P. Cadinot

 
Les Nymphéas, un choc pour Hiramatsu
Un jardin visité par Hiramatsu Reiji en 1994, à l’occasion de sa première visite à Paris. L’artiste japonais, qui avait une exposition personnelle à la galerie JAL, découvre aussi les "Grandes décorations" à l’Orangerie. C’est un choc, et il décide de partir sur les traces de Monet.
 
"J’ai été profondément étonné en découvrant l’œuvre immense qu’est la série des Nymphéas", raconte-t-il Hiramatsu. "Pour moi qui adore les fleurs, la Normandie fut une région de rêve", dit le peintre, qui effectue alors de longs séjours à Giverny.
 
L’exposition montre que, tout comme les estampes japonaises ont influencé les impressionnistes, les toiles de Monet ont inspiré Hiramatsu Reiji.
 
Hiramatsu, le bassin des Nimphéas, hommage à Monet, Musée des impressionnismes, 99 rue Claude Monet, 27620 Giverny,
tous les jours de 10h à 18h
du 13 juillet au 31 octobre 2013

 
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.