Grave ou sensuelle, l'oeuvre de Blasco Mentor exposée à Solliès-Pont

Le peintre espagnol aurait eu 100 ans. L'exposition "D'un Solliès à l'autre" près de Toulon lui rend hommage.

\"Nu au divan\" de Blasco Mentor
"Nu au divan" de Blasco Mentor (DR)

Quand il a fui la dictature franquiste en 1939, Blasco Mentor a trouvé refuge à Solliès-Toucas près de Toulon. Une exposition dans la ville voisine de Solliès-Pont marque le centenaire de la naissance de ce peintre à l'oeuvre grave mais aussi fantasque.

Blasco Mentor avait dans le regard la détermination et la force de ceux qui ont lutté. Né à Barcelone en 1919, engagé dans l'armée républicaine en 1936, il est condamné à mort et doit fuir le franquisme en 1939 pour se réfugier en France. C'est à Solliès-Toucas qu'il choisit de s'installer. C'est là qu'il va rencontrer Neige, la muse qui va partager sa vie. 

Communiste, il aime peindre le travail. Ses toiles, en 1945, sont empreintes d'une réelle gravité. 

C'était à la sortie de la guerre. Tous les personnages qu'il peint à cette époque là ne sont pas joyeux. On voit qu'ils ont été marqués par le travail et par la guerre.Michel EstadesGalériste et ami de Blasco Mentor

Si Blasco Mentor se plaît à peindre les paysages des environs de Toulon, des scènes de tauromachie ou de cirque, il est avant tout un peintre de l'humain. Tout, chez lui est prétexte à évoquer les bonheurs des hommes et des femmes. Leurs angoisses aussi. La femme est souvent le point d'ancrage de ses tableaux.

Dans les années 1990, Blasco Mentor va être victime d'une tentative de spoliation de ses oeuvres qui seront mises sous scellées. Le peintre va finalement les récupérer et les offrir à la ville de Solliès-Toucas. 

Ce sont certaines de ces oeuvres qui sont exposées au château de Solliès-Pont du 6 au 22 septembre 2019