Cet article date de plus de trois ans.

Dali, Bonnard ou Orlan : cherchez la muse au musée Regards de Provence

Le Musée Regards de Provence de Marseille propose jusqu'au 26 août 2018 l'exposition "Sa Muse". Une déclinaison autour de la figure féminine, inspiratrice des artistes du XXe à nos jours. Célèbre ou anonyme, fantasmée ou amante, la muse plane sur les oeuvres de peintres, sculpteurs, photographes et vidéastes, de Bonnard à Dali en passant par Ben ou Orlan.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Exposition "Sa Muse" au musée regards de Provence de Masreille
 (Musée regards de provence)
Muse, égérie, icone ou diva, le musée Regards de Provence de Marseille explore la figure fantasmée de la femme modèle à travers les différentes périodes artistique, du XXe siècle à aujourd'hui. Au milieu du parcours ponctué de visages et de corps féminins, un homme se dévoile : le chorégraphe Angelin Preljocaj se met à nu sous l'objectif de la photographe Nicole Tran Ba Vang. 

Reportage : M. Frey / M. Peleran / A. Despretz
Les femmes lascives de Bonnard, Manguin et Lebasque en passant par le visage iconique de Marylin Monroe peint par Paul Raynal ou encore Jane Birkin et son pygmalion Serge Gainsbourg, l'exposition présente une variété de regards sur cette intrigante inspiratrice. Un questionnement également sur le miroir et le jeu qui existe entre le peintre et son modèle, comme en témoigne l'affiche réalisée par Katia Bourdarel.
Affiche réalisée par Katia Bourdarel
 (Musée Regards de Provence )
Trois types de muse émaillent le parcours : la muse fantasmée, la muse amante, la muse complice.CMS-ContentHasMedia_Organisée dans le cadre de Marseille Provence 2018 "Quel Amour !", l'exposition du Musée Regards de Provence met en lumière des œuvres de peintres, sculpteurs modernes et contemporains, de photographes et vidéaste, qui ont été inspirées par leur relation avec leur modèle, muse, femme, diva.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Peinture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.