Cet article date de plus d'un an.

Alpilles : Saint-Rémy-de-Provence, le paradis de Vincent Van Gogh

Publié
Durée de la vidéo : 4 min.
Alpilles : Saint-Rémy-de-Provence, le paradis de Vincent Van Gogh
France 3
Article rédigé par
A.Jacquet, F.Simoes, J.Chouquet - France 3
France Télévisions

Le peintre néerlandais est venu à la fin du XIXe siècle se faire soigner à Saint-Rémy-de-Provence (Bouches-du-Rhône) dans un asile psychiatrique. Mais Vincent Van Gogh a trouvé son paradis au milieu des oliviers, dans le massif des Alpilles. 

Vincent Van Gogh avait trouvé son paradis à Saint-Rémy-de-Provence (Bouches-du-Rhône), dans les Alpilles : un paysage minéral, des aplats de bleu, vert et jaune, le tout avec le son des cigales. Il a peint certains de ses plus grands chefs-d'œuvre à la lumière provençale, comme La nuit étoilée, ou son autoportrait. "Ici, on n'a qu'à regarder le sujet pour être inspiré", explique Jean-Claude Quilicy, peintre depuis 60 ans. Il revient souvent poser son chevalet ici. En 1889, le Néerlandais débarque dans la commune pour s'y faire soigner, dans l'asile psychiatrique de Saint-Paul de Mausole, un ancien cloître du XIe siècle. L'artiste posait son chevalet au milieu des oliviers quand il en avait le droit. 

La mémoire de Van Gogh perpétuée

Aujourd'hui, les touristes sont nombreux à se rendre sur les pas du peintre. À quelques mètres de là, l'unité de soin continue d'accueillir une soixantaine de patients pour des séjours de courte durée. Sous le regard du psychiatre, la thérapie par la peinture est pratiquée dans l'atelier. "Les objectifs au départ sont simples, la restitution du lien social et la revalorisation narcissique, c'est-à-dire : je ne crois plus en rien, et je m'aperçois que je peux peindre", explique Jean-Marc Boulon, directeur médical de la maison de santé. Le psychiatre passionné de Van Gogh perpétue sa mémoire et a gardé en l'état la chambre où était soigné le peintre. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.