Onze musées marseillais sévèrement épinglés par la Chambre des comptes

Des musées sans stratégie, des services publics "insuffisants" avec une fréquentation faible et des coûts opaques: la Chambre régionale des comptes dresse un constat sévère de la gestion des musées municipaux marseillais.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Muséum d'histoire naturelle, aile droite du palais Longchamp à Marseille. (MOIRENC CAMILLE / HEMIS.FR / AFP)

Le musée des Beaux-Arts, le musée d'art contemporain, le muséum d'histoire naturelle, la Vieille Charité… Vendredi 30 septembre, le conseil municipal sera amené à étudier le rapport de la chambre régionale des comptes sur la gestion de pas moins de onze musées marseillais. Le rapport, daté de décembre 2021, a tardé à être dévoilé en raison de la longue période de réserve électorale début 2022.

Gratuits mais faible fréquentation

Révélé dans son intégralité avant le conseil de vendredi par le média d'investigation local Marsactu, ce rapport accablant épluche la situation des onze musées municipaux de la période "2012 et suivants" et concerne donc essentiellement la précédente majorité du LR (Les Républicains) Jean-Claude Gaudin, resté aux commandes de la deuxième ville de France entre 1995 et 2020.

"Si des initiatives et des chantiers ont été lancés depuis quelques années, (...) le chemin à parcourir est encore long pour mettre en oeuvre les réformes indispensables à un meilleur service rendu aux usagers", résume la Cour régionale des comptes Provence-Alpes-Côte d'Azur. Les multiples rénovations n'ont pas permis d'"en faire des établissements modernes": ils ne proposent pas d'audioguides et la médiation écrite n'existe pas en anglais. La fréquentation, elle, "reste faible", notamment pour les collections permanentes dont les visites sont devenues gratuites sous la nouvelle majorité de gauche du Printemps marseillais.

Des dépenses trop importantes


Du côté des coûts de chaque établissement, ils "ne sont pas identifiables, ce qui empêche toute action de contrôle de gestion". Des réductions de coûts sont "possibles", selon la chambre, comme sur la vente d'ouvrages liés aux expositions qui sont restés invendus à plus de 90%, avec plus de 100.000 ouvrages et catalogues invendus stockés.

Enfin, la cour estime que l'administration dédiée au musée est "au service des agents davantage que des publics" et relève notamment un "niveau d'absentéisme très élevé". A l'été 2021, en pleine période de réouverture des lieux culturels post-Covid, des fermetures chroniques avaient, par exemple, perturbé la reprise dans les musées marseillais.

La Vieille Charité à Marseille. (PROCIP / ROBERT HARDING PREMIUM / AFP)

La cour régionale des comptes recommande donc de "définir des objectifs clairs pour les musées, assortis de moyens, de calendriers de mise en oeuvre et d'indicateurs d'évaluation". Dans un courrier de réponse daté du 9 février 2022, le maire Benoît Payan reconnaît des "difficultés importantes en matière de stratégie, pilotage, gestion des ressources humaines" et promet que "la Ville cherche et cherchera à améliorer le service public".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Arts-Expos

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.