Cet article date de plus de huit ans.

Nuit Blanche à Paris : 130 œuvres pour évoquer le changement climatique

Cette nuit Paris ne dormira pas ! C'est la 14ème édition de la Nuit Blanche. Le but : déambuler de 19 heures jusqu'au petit matin dans la capitale à la découverte de 130 projets d'art contemporain, avec pour la première fois cette année un thème : le changement climatique.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
  (L'installation de Stéphane Ricordel sur la Petite ceinture (18ème) © MaxPPP)

A l'approche de la COP 21, la 14ème Nuit Blanche parisienne se met au diapason. Pour la première fois, elle aura une thématique : le changement climatique. " L'art et la création contemporaine servent aussi à cela, à interpeller les esprits" , a commenté vendredi l'adjoint à la Culture Bruno Julliard, à la mairie de Paris. 

130 projets d'art contemporain vont être présentés dans tout Paris, évoquant migration des espèces, montée des eaux, fonte des glaces... Des oeuvres parfois inédites, monumentales et en plein air. Trois parcours situés dans le nord de la capitale sont proposés aux promeneurs noctambules, autour du parc Monceau, dans le 18ème arrondissement et près de la Gare du Nord. Pour ne pas se perdre il faudra suivre la ligne bleue.

Au total, l'opération coûte 1,6 million d'euros à la mairie de Paris.

3.000 figurines pour parler de la fonte des glaces

Depuis 10 jours, près de 3.000 figurines de glace ont été préparées pour une installation de l'artiste Néle Azevedo au pied de l'église Saint Vincent de Paul dans le 10ème. Placées par le public, elles finiront inévitablement par fondre sous leur regard. Un monument éphémère qui pour la sculpteuse rappelle que la terre continue de tourner, alors que les humains disparaissent.

"Nous aussi on va disparaître un jour" Le reportage d'Anne Lamotte

Autre oeuvre évoquant la fonte des glaces : celle de Leandro Erlich sur la parvis de la Gare du Nord, une maison en train de s'affaisser et de se répendre sur le sol. 

Paris version méridionale, face au réchauffement climatique

Les allées du parc Monceau vont prendre des airs de côte d'Azur. L'artiste Erik Samakh a imaginé les effets d'un changement climatique dans les rues de la capitale, avec criquets, grillons et végétation méditerranéenne. 

Dans le square Martin Luther King, dans le quartier des Batignolles (17ème), c'est la montée des eaux aux Pays-Bas, pays d'origine de l'artiste Daan Roosegarde, qui sera simulée avec des LED bleues et de la fumée.

Parmi les oeuvres à ne pas manquer, celle de Stéphane Ricordel, sur les anciens chemins de fer de la Petite Ceinture dans le 18ème arrondissement. Des acrobates danseront dans les airs autour d'un nuage qui répand de la neige en plein mois d'octobre, signe qu'à force de jouer avec le climat les hommes le dénaturent.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.