Cet article date de plus de douze ans.

Nouvelle démonstration de force des catholiques intégristes contre une pièce de théâtre

C'est désormais "Golgota Picnic" qui suscite leur colère, à Toulouse. Ils étaient 750 à manifester ce soir. Face à eux, 4 à 500 défenseurs de la liberté d'expression. Et 200 CRS pour faire tampon.
Article rédigé par Guillaume Gaven
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Eric Cabanis AFP)

Des cantiques d'un côté ; des provocations de l'autre. Et des CRS au milieu, pour tenter de calmer les esprits. La scène a comme un air de déjà vu : après la pièce de l'Italien Romeo Castellucci, Sur le concept du visage du fils de Dieu , jouée à Paris, c'est désormais Golgota Picnic , de l'Argentin Rodrigo Garcia, qui suscite la colère des catholiquesintégristes à Toulouse.

Depuis que la pièce est jouée, au Théâtre Garonne, il ne se passe pas une représentation sans incidents à l'extérieur. Il faut dire que la pièce met en scène la crucifixion d'un Christ terroriste, représenté avec une plaie remplie de billets de banque.

Le point culminant a été atteint ce soir, avec un rassemblement et un contre-rassemblement. Face à face, quelque 750 intégristes (selon la police, 2.000 selon les organisateurs) et 4 à 500 personnes se présentant comme défenseurs de la liberté d'expression. Entre eux, 200 CRS avaient pris place.

Les premiers s'écriaiant "la France est chrétienne et doit le rester", dénonçant une "christianophobie ambiante" , selon les mots d'Alain Escada, secrétaire général de l'Institut Civitas, porte-étendard de la révolte.Qui s'indigne contre une pièce "ouvertement blasphématoire, antichrétienne et quasi pornographique" .

Les seconds scandaient "deux planches, trois clous, voilà la solution". Pas très subtil, mais justifié, aux yeux de Pascal Nakache, le président de la Ligue des droits de l'homme de Toulouse : "des groupes se sentent de plus en plus autorisés à essayer d'imposer leur
loi, nous sommes là pour leur dire qu'en France, il n'y a qu'une loi, c'est la loi de la République"
.

La colère risque de se déplacer jusqu'à la capitale : Golgota Picnic est joué le mois prochain à Paris.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.