Exposition "Chaplin : l’homme-orchestre" à la Philharmonie de Paris : 5 choses à savoir sur Charlot

Jusqu’au 26 janvier 2020, Charlie Chaplin est à l’honneur dans une exposition à la fois instructive et ludique à la Philharmonie de Paris.

Chaplin avec Edna Purviance dans Charlot musicien, 1916.
Chaplin avec Edna Purviance dans Charlot musicien, 1916. (Roy Export Co Ltd)

Acteur, réalisateur, scénariste, producteur et compositeur britannique, Charlie Chaplin, la figure incontournable du cinéma muet, est mis à l’honneur jusqu’au 26 janvier 2020 dans une exposition à la Philharmonie de Paris. De quoi (re)découvrir le rapport étroit à la musique de "l’homme-orchestre", à l’occasion des 130 ans de sa naissance. 5 choses que l'on y découvre.

Une famille de stars de music-hall

Ses parents, Charles et Hannah Chaplin, étaient tous deux chanteurs de music-hall, de même que son demi-frère Sydney de qui il restera très proche. Charlie monte très tôt sur les planches. En 1907, à l’âge de dix-huit ans, il rejoint la plus grande troupe de cabaret de Grande-Bretagne, celle de Fred Karno, où il apprend la pantomime. Il déclare alors : "Sans l’influence de ma mère, je doute que j’aurais eu du succès dans la pantomime. Elle était l’une des plus grandes artistes de pantomime que je n’aie jamais vues."

De nombreuses photos, lettres et affiches de cabaret exposées, éclairent son rapport à ses parents et ses débuts au music-hall.

Affiche de Charlie Chaplin dans Sunnyside, 1919.
Affiche de Charlie Chaplin dans Sunnyside, 1919. (Collection Cinémathèque suisse)

La création d’un mythe 

Le personnage de Charlot apparaît dès 1914 avec Charlot est content de lui. Le petit vagabond livre une pantomine frénétique et saccadée aussi poétique que musicale. Impensable aujourd’hui, Charlot est content de lui aura été tourné en quarante minutes et une vingtaine de prises. Ce court-métrage de 11 minutes est à l’origine du succès de Chaplin. Quatre ans plus tard, l’artiste est connu dans le monde entier.

Des extraits de films muets diffusés tout au long du parcours font revivre les débuts héroïques du vagabond. Une déambulation ponctuée d'activités pour les enfants qui peuvent coiffer des chapeaux melon. 

Pochette de disque de la bande originale du Cirque.
Pochette de disque de la bande originale du Cirque. (United Artists Records, 1969)

Un musicien passionné

Dès son entrée dans la troupe de Fred Karno, Charlie Chaplin se met au violon. Il s’entraîne plusieurs heures par jour, déjà se dessine un intérêt tout particulier pour la musique. "Il emportait son violon partout" relatera Stan Laurel, également membre de la troupe. L’artiste étant gaucher, les cordes de son violon sont inversées. Plus tard, il apprendra le violoncelle et le piano à l’oreille, écrira et composera des chansons.

On retrouve avec émotion le violon et l’archer de Charlie Chaplin utilisés lors du tournage de Charlot musicien en 1916, son métronome, ses partitions et ses carnets de notes, ainsi que des photos de ses répétitions, comme celle-ci, qui ne laisse aucun doute : son petit-fils, James Thierrée, lui ressemble comme deux gouttes d'eau !

Chaplin en répétition avec le Abe Lyman Orchestra, 1925.
Chaplin en répétition avec le Abe Lyman Orchestra, 1925. (Roy Export Co Ltd)

L’adaptation au cinéma sonore

Au départ réticent, Charlie Chaplin s’adapte à l’arrivée du son au cinéma, avec toujours cette hantise, "la crainte d’être démodé". Le cinéma "muet" l'a-t-il déjà été, interroge l'exposition ? Les séances sont dès le début accompagnées de musiciens sur scène et de bruitages. A partir de 1931, le cinéma sonore se démocratise et l’artiste compose lui-même toutes les bandes-son de ses films. Ses sources d’inspiration sont variées mais la règle d'or, tirée de ses années avec Karno, n'a pas bougé : la musique doit être "un contrepoint gracieux et envoûtant" dans les films, mais ne doit pas détourner l’attention du spectateur de l’image.

Des extraits de films sonores comme Le Dictateur, différents modèles de caméras utilisées par Chaplin tout au long de sa carrière, une visionneuse de films des années 1940…accompagnent son ascension cinématographique.

Chaplin avec Jackie Coogan pendant le tournage du Kid, vers 1920-1921.
Chaplin avec Jackie Coogan pendant le tournage du Kid, vers 1920-1921. (Roy Export Co Ltd)

Un film d’animation inachevé : "Charlot cubiste"

En 1924 démarre un film d'animation qui ne sera jamais terminé, Charlot cubiste. L'artiste cubiste Fernand Léger assemble des éléments en bois peints qu’il cloue sur du contreplaqué afin d’animer le corps de son modèle à la manière d’une marionnette ou d’un puzzle. L’exposition permet ainsi de déconstruire l’image du maître du cinéma muet à travers des œuvres d’art d'une extrême diversité : dessins, figurines, assemblages, collages...

Un puzzle inspiré de l'univers de Fernand Léger permet à petits et grands de reconstituer Charlot.  

Fernand Léger, film d\'animation Charlot Cubiste, 1924.
Fernand Léger, film d'animation Charlot Cubiste, 1924. (Philharmonie de Paris)

Exposition "Charlie Chaplin : l’homme-orchestre"
Jusqu’au 26 janvier 2020
Philharmonie de Paris, 221 Avenue Jean Jaurès, Paris 19 (métro ligne 5 : Porte de Pantin)
Accessible du mardi au jeudi de 12h à 18h, le vendredi de 12h à 20h, le samedi et dimanche de 10h à 20h. Fermée le lundi.
Gratuit pour les Charles et Charlie sur présentation d’une pièce d’identité !