Le Museum d'Histoire Naturelle vous invite à une plongée insolite dans les abysses marines

La nouvelle grande exposition du "Museum d'Histoire Naturelle" de Paris nous invite à un voyage extraordinaire dans les fonds marins. Là où personne ne va presque jamais et où des milliers d'organismes microscopiques et d'autres bêtes parfois étonnantes vivent depuis la nuit des temps. "Océan, une plongée insolite" est à découvrir jusqu’au 5 janvier 2020.

Exposition \"Océan, une plongée insolite
Exposition "Océan, une plongée insolite (France 3 / culturebox / capture d'écran)
Savez-vous qu'il y a moins de personnes qui sont allées à 10 000 mètres de profondeur que d'hommes qui ont marché sur la Lune ? Autant dire que même si les océans recouvrent plus de 70% de la surface de la Terre, ils demeurent encore un territoire largement méconnu. L'exposition "Océan, une plongée insolite" propose donc un voyage dans les profondeurs, à la découverte des organismes minuscules ou géants qui y habitent. 

Reportage : E. de Pourquery
Piloter un sous-marin et découvrir les êtres vivants qui habitent le fond de nos océans, c'est l'une des expériences interractives proposées par l'exposition et qui devrait ravir petits et grands explorateurs. Au-delà de l'aspect ludique, cette plongée fait également prendre conscience qu'il y a un monde et une biodiversité dans les abysses qui nous sont totalement étrangers. D'ailleurs les scientifiques estiment que seules 235 000 espèces marines sur les 2 millions existantes sont connues. "On en sait plus sur Mars que sur nos océans" s'étonne à juste titre l'une des visiteuses. 

Des espèces mythiques mais bien réelles

On peut aussi découvrir ce qui constitue le plancton, ces micro-organismes invisibles à l'oeil nu, présentés dans un film immersif. Et puis, il y a ces "monstres", ces poissons des fonds marins à l'allure terrifiante, à l'image du coelacanthes, surnommé "le fossile vivant", et qui a peu évolué depuis l'époque des dinosaures. Les profondeurs sont peuplées d'animaux marins insolites. Comme ce poisson, le régalèc, qui peut atteindre 8 mètres de long et s'auto-amputer sur commande nerveuse. Une espèce étonnante qui serait liée à la légende du serpent de mer.