La route de la Beat Generation repasse par Paris

Le Centre Pompidou, à Paris, consacre une grande exposition à la Beat Generation, ce mouvement littéraire et artistique né aux Etats-Unis à la fin des années 40, sous l’impulsion de William Burroughs, Jack Kerouac et Allan Ginsberg.

(L'expo beat Generation au Centre Pompidou. © GINIES/SIPA)

Bienvenue dans l’univers de la Beat Generation… Une profusion d’images et de sons accueille le visiteur : les musiques et les textes diffusés par des postes récepteurs ou magnétophones d’époque croisent les bandes sons des nombreux films sur les acteurs du mouvement, dans un troublant chaos sonore. Au centre de l’exposition, le tapuscrit original de Sur la route de Jack Kerouac… Un rouleau de papier de 36 mètres sur lequel Kerouac écrivit d'une seule traite l'une des oœuvres emblématiques du mouvement. Jean-Jacques Lebel un des deux commissaires de Beat Generation : "Quand il est montré, à Paris ou ailleurs, on en montre un mètre, deux mètres. Ici, les 36 mètres complets sont déroulés et visibles pour les visiteurs."

La route de la Beat Generation, passe par New York, San Francisco, Tanger, le Mexique et Paris. On s’arrête sur les peintures de Jack Kerouac, jamais vues, et les très nombreuses photos, signées notamment Robert Frank et Allan Ginsberg. Celles d’Harold Chapman nous font pénétrer à Paris au Beat Hotel, dans le Quartier latin, où vivaient les grandes figures du mouvement. "William Burroughs, la vue de la fenêtre d'Allan Ginsberg... Vous avez ici la couleur et la saveur de ce qu'était ce merveilleux lieu, à la fois légendaire, imaginaire, et parfaitement réel, le Beat Hotel, en plein cœur du vieux Paris." Avec plus de 500 documents cette exposition est la plus complète à ce jour sur la Beat Generation.

→ Beat Generation, jusqu'au 3 octobre au Centre Pompidou, à Paris.