"La Joconde" ou Les Beatles... revisités en Playmobil par Richard Unglik

Il reproduit des œuvres d’art et des personnalités en Playmobil. Richard Unglik présente son "Musée imaginaire" à Saint-Quentin, dans l’Aisne. Une exposition pour petits et grands.

Richard Unglik et sa Joconde version Playmobil 
Richard Unglik et sa Joconde version Playmobil  (Capture d'image France 3/Culturebox)
La galerie Saint-Jacques de Saint-Quentin accueille jusqu’au 24 février près d’une centaine d’œuvres de Richard Unglik, des conceptions graphiques et photographiques imprimés sur toile. Un voyage à travers l’Histoire de l’art et la musique avec les célèbres figurines Playmobil.

Reportage : C. Sivatte / B. Henrion / C. Delangle
Mona Lisa version Playmobil. Il fallait oser. Richard Unglik, qui est né dans les années 70 comme les Playmobil, est un inconditionnel de ces jouets. Il a eu l’idée d’utiliser ces personnages, il y a 20 ans, avec le "Radeau de la Méduse" de Géricault. Un concept qui devient parfois un véritable défi.

Avec "La Joconde", j’étais persuadé que ce n’était pas possible car elle a les bras pliés contrairement aux Playmobil. Finalement, je me suis concentré sur son décolleté, les couleurs et son sourire.Richard Unglik, artiste


Les inspirations de cet artiste, assistant-réalisateur, photographe et graphiste, sont multiples. Son "Musée imaginaire" transporte également le public dans l’univers de la pop culture musicale. Freddie Mercury ou encore la groupe Les Beatles revisités en Playmobil, une première.     

Là, on a les Beatles de "Sergent Pepper's". Vous ne les trouverez pas chez Playmobil. Par contre en reprenant une casquette repeinte en rose, un visage avec des petites lunettes, j’arrive à reconstituer la pochette de disque.Richard Unglik, artiste


Des créations fun, ludiques et rigolotes qui rendent l'art accessible à tous les publics.

Ca permet de faire rentrer dans la tête de nos chers enfants des images qu’ils n’auraient peut-être pas remarqué si ce n’était pas avec des Playmobil.Richard Unglik, artiste


Richard Unglik a toujours rêvé d'une carrière de cinéaste. Dans son "Musée imaginaire", ses Playmobil sont finalement ses acteurs.