Cet article date de plus d'onze ans.

L'exposition Hopper bat Picasso à Paris

En un peu moins de quatre mois, l'exposition consacrée au peintre américain Edward Hopper au Grand Palais à Paris, a été plébiscitée par plus de 784.000 visiteurs. Un score qui la place derrière "Monet" mais devant "Picasso et les maîtres" au palmarès des expositions les plus fréquentées au Grand Palais.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Revelli-Beaumont SIPA)

C'est un véritable triomphe pour Edward Hopper. Et pourtant,
le peintre américain décédé en 1967 ne figurait pas, loin s'en faut, parmi les
références "immédiates" du public français.

Mais une intense campagne de promotion, ainsi que des œuvres
représentatives d'une culture américaine fantasmée, très cinématographique,
lui ont finalement permis de décrocher le jackpot.

Résultat : entre le 10 octobre et le 3 février (après
une prolongation de six jours), les 164 œuvres de l'exposition (dont 128 du
peintre) ont attiré en tout 784.629 visiteurs. "C'est beaucoup, beaucoup
plus que prévu"
s'enthousiasme Didier Ottinger, directeur-adjoint du
Musée national d'art moderne et commissaire de l'exposition, qui ajoute :

"Même aux Etats-Unis, Hopper n'a jamais fait autant."

Et de fait, l'Américain réussit l'exploit de dépasser l'exposition-événement Picasso et les maîtres et ses 783.352 visiteurs en 2009. Mais pas
le phénomène Monet en 2011, fort de ses 913.064 amateurs d'art en
tout genre qui s'étaient pressés dans les galeries du Grand Palais.

Pour Fabrice Bousteau, directeur de la rédaction de
Beaux-Arts Magazine , cet engouement pour les grandes expositions conçues comme
des événements est une spécificité française :

"Les musées et les expositions ont une place centrale
dans leur idée de la culture, avec les livres et le cinéma."

Et pour la Réunion des musées nationaux (Rmn), organisatrice
de l'événement, c'est un succès d'image, d'estime autant que financier.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.