Cet article date de plus de sept ans.

L'artiste Paul McCarthy agressé pendant l'installation de son oeuvre polémique

L'artiste américain Paul McCarthy a installé jeudi une immense structure verte place Vendôme à Paris, qui peut être vue comme un sapin de noël ou un sex-toy. Il a été agressé par un passant visiblement agité.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (L'artiste américain Paul McCarthy a installé cette structure ambiguë jeudi à Paris © Maxppp)

Place Vendôme à Paris, l'art contemporain ne plaît pas à tout le monde. Jeudi, dans le cadre du parcours hors les murs de la Fiac - Foire internationale d'art contemporain - l'artiste américain Paul McCarthy installait une immense structure verte qui peut être vue comme un sapin de noël ou un sex-toy. Il a été agressé par un passant visiblement agité.

 

D'après les témoins de la scène, l'homme qui se trouvait là par hasard a dit à l'artiste "vous n'êtes pas français, vous n'avez rien à faire ici ", il lui a assené quelques coups et s'est enfuit. Paul McCarthy, choqué mais pas blessé, s'est demandé si ce genre de choses arrivait souvent en France. Conscient que son oeuvre, de plus de 20 mètres est ambigüe, elle ressemble effectivement à un plug anal, mais peut être vue pour les novices en jouet sexuel comme en sapin de noël.

L'oeuvre fait débat sur les réseaux sociaux

L'artiste fait comme souvent de la provocation gentille, amusante. Après tout, la colonne Vendôme qui lui fait face est bien plus phallique encore !

Sur les réseaux sociaux l'affaire tourne en boucle, "Paris humiliée" s'insurge le printemps français mouvement catholique radical. Alors que d'autres s'en amusent comme le Gorafi, site d'humour, qui annonce que Christine Boutin hystérique a attaqué l'installation à coups de hache, c'est faux évidemment. En revanche, des étudiants de l'école du Louvre feront office de médiateur pour expliquer l'oeuvre aux passants.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Arts-Expos

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.