Cet article date de plus de sept ans.

Festival d'Avignon : la "fugue" burlesque de Samuel Achache

Au festival d’Avignon, le théâtre se mélange avec les autres disciplines de la scène, après la danse, la musique. Samuel Achache est autant musicien que metteur en scène, sa pièce, "Fugue", se dit autant qu’elle se chante. Et en plus, elle est hilarante.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  ("Fugue" à voir au Cloître des Célestins jusqu'au 22 juillet © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon)

Ne dites pas à Samuel Achache qu’il donne dans le potache. Il préfère "burlesque". Pourtant il y a bien quelque chose de délicieusement puéril dans son théâtre. Dans Fugue , il est question de tempérament et de contre point, d’accord parfait, de quête de l’absolu en musique. Sur scène, du sable, en fait de la neige, une expédition scientifique au pôle Sud, où tout est prétexte à malentendu, loufoque. Dans la canicule d’Avignon, les acteurs musiciens sont emmitouflés et jouent, entre autres, à être gelés par le froid. Samuel Achache, s’amuse entre humour et mélancolie.

La "fugue" burlesque de Samuel Achache. A Avignon, le reportage de Thierry Fiorile
écouter

Une jeune génération prometteuse

Alors que cette année à Avignon on se met nu sans raison sur scène, quand celui qui était gelé prend un bain, on se dit : "ah non, pas ça encore !" mais dans un numéro hilarant, il cache sa fierté avec du scotch et plonge dans une baignoire pour une course olympique qui ravit le public. Mais cette fugue c’est aussi un questionnement sur la fuite : que cherchent-ils sur cette glace infinie ?

Et quand les mots ne suffisent plus, il y a la musique. Il y a du Christoph Marthaler dans cette création encore un peu fragile, mais qui a enchanté le public. Samuel Achache avait co-signé avec sa compagne Jeanne Candel Le crocodile trompeur / Didon et Enée , Molière 2013 du meilleur spectacle musical.

  (Samuel Achache © Jean-Louis Fernandez)

Cette bande de jeunes acteurs-musiciens fait un bien fou à la scène française, c’est très sérieusement qu’ils ne se prennent pas au sérieux ! Pourvu que ça dure !

Fugue  de Samuel Achache, à voir au Cloître des Célestins jusqu'au 22 juillet, dans le cadre du Festival d'Avignon

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Arts-Expos

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.