"Ex-Africa": le vernissage de l'exposition du musée du Quai Branly, fermé, à suivre sur Culturebox

Alors que tous les musées sont fermés, le vernissage de l'exposition "Ex-Africa" au Musée du Quai Branly se déroulera le 21 février sur Culturebox, chaîne éphémère de France Télévisions. Une première. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Entrée du musée du Quai Branly, fermé pour cause de crise sanitaire, le 9 février 2021 (LAURE BOYER / HANS LUCAS)

Pour la première fois, le vernissage d'une exposition, Ex-Africa au Musée du Quai Branly, sur les artistes contemporains et l'Afrique, se fera le 21 février sur Culturebox, chaîne éphémère de France Télévisions dédiée au soutien à la culture en berne, a annoncé le musée parisien.

Cette exposition, qui aurait dû ouvrir ses portes le 9 février, présente 150 oeuvres, de l'Américain Jean-Michel Basquiat au Congolais Chéri Samba, en passant par la Française Annette Messager. Les télestpectateurs pourront découvrir cette exposition en compagnie de Philippe Dagen, commissaire de l'exposition  et critique d'art au Monde. 

"Qu'est-ce que l'Occident a fait de l'art africain? 

Ex-Africa explore la présence de l'art ancien africain pré-colonial dans l'art actuel et démonte les représentations des oeuvres du continent africain, privées de leur signification originale.

"Qu'est-ce que l'Occident a fait de l'art africain? Un festival de lieux communs, des objets de consommation courante, dans un rapport d'appropriation condescendant et ignorant", analyse pour l'AFP Philippe Dagen. Des oeuvres souvent perçues comme des formes exotiques décoratives.

Les téléspectateurs pourront voir notamment une vingtaine de statues/fétiches imitant superbement l'art africain mais renvoyant, dans leurs détails, aux produits et à l'imagerie du géant mondial du fast-food McDonald's, la Chapman Family connection, réalisée par les frères Chapman.

Ouverture aux artistes contemporains "africains en premier lieu"

Une autre partie de l'exposition évoque la réappropriation par les artistes contemporains des masques, etc, pour livrer un message très incarné et vivant. Des oeuvres moquant le rapport à l'ex-puissance coloniale du Congolais Cheri Samba, ponctuent ironiquement le parcours.

Trônant dans l'exposition, le Trône d'un monde sans révolte du Mozambicain Gonçalo Mabunda est fait... de pièces d'armes de guerre. Plusieurs vastes installations ont été réalisées pour l'exposition. La plus marquante est No Return du Béninois Romuald Hazoumé : un serpent à écailles formé de 5.000 tongs en plastique récupérées sur les plages. Une allusion aux naufrages de migrants.

Le musée avait réalisé en juillet dernier une première exposition, A toi appartient le regard consacrée à la photographie du Sud, principalement africaine. Il "entend ouvrir plus largement ses espaces aux artistes contemporains, africains en premier lieu", a annoncé Emmanuel Kasarhérou, son président depuis l'an dernier.

- Ex-Africa, 21 février (21h), canal 19 de la TNT et plateforme France.tv.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.