Mort du designer français Dominique Imbert, créateur d'iconiques cheminées suspendues

Dominique Imbert, créateur d'une ligne de cheminées suspendues qui ont connu un grand succès dans les années 80, est décédé à l'âge de 81 ans. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Dominique Imbert créateur des cheminees, à Viols-le-Fort (Hérault), 7 novembre 2011 (SYLVIE CAMBON / MAXPPP)

L'artisan et industriel français Dominique Imbert, créateur de cheminées suspendues devenues des icônes du XXe siècle, est décédé lundi à l'âge de 81 ans, a annoncé mercredi la société Focus, qu'il avait fondée il y a plus de 50 ans.

Né en 1940 à Montpellier, Dominique Imbert a d'abord été ethnologue en Alaska avant de décrocher un doctorat en sociologie à l'université parisienne de la Sorbonne, puis d'enseigner dans un lycée parisien. Il change radicalement de vie en 1967, renouant avec une passion de jeunesse.

"Quand j'étais adolescent, à la campagne, en vacances, je passais mon temps à me faire des meubles en fer chez le forgeron du village, à faire des formes en acier que je n'osais pas appeler sculptures. Et cette maladie m'a repris à 27 ans, brutalement. Alors, j'ai quitté Paris et j'ai créé mon atelier dans le sud de la France", dans le petit village de Viols-le-fort, dans l'Hérault, racontait-il sur le site de son entreprise.

"Bouts de métal récupérés"

"Il faisait très froid en 1967 dans ma ruine. Avec des bouts de métal récupérés à droite et à gauche, j'ai fabriqué une forme pour y faire du feu", se souvenait-il.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Cheminée Casart (@casart_corse)

Le jeune homme s'en inspirera un an plus tard pour créer son premier modèle commercialisé, le Gyrofocus.

Le succès de ces cheminées, aux formes arrondies, modernes et douces à la fois, et qui semblent flotter au-dessus du sol, sera d'abord modeste, puisqu'il faudra attendre 1980 pour que le 100e exemplaire soit produit.

La consécration internationale s'esquissera en 1988 lorsque la PME française coiffe des concurrents américains et suédois pour équiper quelque 300 résidences de luxe au Japon.

Guggenheim

Dorénavant identifiable au premier coup d'oeil, la gamme, enrichie de foyers au gaz et où le blanc a fait son apparition, compte aujourd'hui une soixantaine de modèles et le seuil des 50 000 exemplaires a été franchi en 2014.

Les cheminées de Dominique Imbert ont été exposées dans les musées, dont le prestigieux Guggenheim de New York, souligne la société.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Kachelofenbau Weckenmann (@ofen_weckenmann)

"Pour moi le design est l'expression d'une tension entre la poésie et le besoin, entre l'art graphique et la fonctionnalité, entre l'affectif et le rationnel. Mais suis-je un designer, la question reste toujours posée...", disait Dominique Imbert.

Son entreprise, dont il avait confié les rênes à deux collaborateurs en 2019, réalise quelque 60% de son chiffre d'affaires à l'exportation et emploie près de 100 personnes, réparties entre Viols-le-Fort et l'atelier de production de Cavaillon (Vaucluse).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Design

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.