Dépaysantes ou déroutantes, les "Vues sur mer" de 25 plasticiens à Marseille

Publié
FTR
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture

Source de joie et de fascination, la mer est au cœur d’une exposition réunissant 25 artistes contemporains au musée Regards de Provence jusqu’au 12 mars prochain.  

Vues sur mer. À lui seul, le titre de cette exposition est déjà une invitation au voyage et à la contemplation. Le musée Regards de Provence a réuni les œuvres de 25 artistes de la Région Provence-Alpes-Côte-d'Azur. Peintres, photographes, sculpteurs ou vidéastes, ils ont pour point commun d’avoir mis la mer et notamment la Méditerranée, au cœur de leurs créations. Les visiteurs naviguent entre les rivages, le littoral, les plages, dans des ambiances très différentes.  

Une exposition qui rend hommage à la mer. (DR)

Immersion sur la plage

Dès l’entrée, un immense triptyque de l’artiste allemande Anke Doberauer saisit le visiteur. Intitulée Les baigneurs et treize pellets, cette composition nous plonge au cœur d’une journée à la plage, au milieu des baigneurs et des cris d’enfants. "On fait partie des personnages", commente Adeline Dumon, la directrice du musée Regards de Provence. Elle rappelle que l’artiste a mis trois ans pour réaliser cette œuvre de grand format, 3 mètres par 6,20 mètres.

On pourrait penser que tout est léger dans cette œuvre et pourtant à y regarder de plus près, on saisit le regard fixe et grave de plusieurs enfants qui semblent scruter le visiteur. La plupart des autres personnages est tournée vers le large, les bras ballants, comme en attente de quelque chose.

Un détail de la toile grand format d'Anke Doberauer, "Les baigneurs et treize pellets". (S. Garat /  France Télévisions)

Il faut aussi saisir la totalité de l’œuvre et ces fameux "pellets" désignés dans le titre. Il s’agit en fait de pastilles multicolores qui bordent et débordent du cadre de la toile. Des pastilles qui symbolisent les débris de plastiques ramassés par l’artiste au bord de mer.  

Urgence écologique

Une incursion du réel dans un univers pourtant relié dans nos imaginaires à la beauté et à l’insouciance. Ce rappel de l’urgence écologique lié à la protection du monde marin, le plasticien Français Nicolas Rubenstein s’en est lui aussi saisi. Cet ancien ingénieur géologue qui a travaillé comme chef de forage a tout plaqué pour la sculpture, installant un grand atelier dans les quartiers populaires de Marseille. Pour Adeline Dumon, "ce sculpteur jette une bouteille à la mer. Bientôt à la place des sardines, ce sera des dauphins qui seront en conserve, donc alerte ! Le but n’est pas de culpabiliser mais de sensibiliser à la protection de la Méditerranée et de notre littoral."  

"Conserves de dauphins", une sculpture de Nicolas Rubenstein pour souligner l'urgence de protéger la Grande bleue. (Nicolas Rubenstein)

Un monde mystérieux

Troublantes aussi les photos d’Eric Bourret extraites de la série Zéro, l’infini. Celui qui se qualifie d’"artiste marcheur" parcourt le monde à pied depuis les années 90, ramenant des prises de vues photographiques qu’il présente comme une expérience du visible. "On est happé par le large et par la mer", souligne Adeline Dumon. Un grand bleu envoûtant et sombre qui semble cacher autant de beautés que de lourds mystères. 

 

Impossible de décrire les oeuvres des 25 artistes exposés mais voici leurs noms : Alfons Alt, Astrid B, Zakary Beauvois, Jean-Pierre Blanche, Julien Boullay, Eric Bourret, Benjamin Chasselon, Marc Chostakoff, Mathis Clamens, Adrian Doura, Anke Doberauer, Josephine Valle Franceschi, Philippe Ivanez, Yann Letestu, Jacques Lucchesi, Olivier Monge, Patrick Moquet, Philippe Ordioni, Bernard Plossu, Wilbe, Marie-Laure Sasso-Ladouce, Christian Ramade, Nicolas Rubinstein, Jean-Jacques Surian, Jean-Benoît Zimmermann.

Exposition "Vues sur mer", jusqu'au 12 mars 2023 au Musée Regards de Provence Allée Regards de Provence (face à l’Esplanade J4), 13002 Marseille - Ouvert du mardi au dimanche, de 10 h à 18 h - Plein Tarif : 7,50 € - Tél : 04 96 17 40 40.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.