De Picasso à Henry Moore : les expositions à voir cet été en régions

Nicolas de Staël, Othoniel, Valérie Jouve, Picasso, Ai Weiwei, Marcel Duchamp... Culturebox vous propose 16 expositions à voir tout l'été en régions.

A gauche Photo © Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais - A droite photo © RMN-Grand Palais (Musée national Picasso- Paris) / Mathieu Rabeau, service presse / musée Fabre © Succession Picasso, 2018
116
Picasso est à l'honneur dans le cadre de la saison Picasso Méditerranée. Le Musée Fabre de Montpellier lui consacre une grande exposition couvrant 77 ans de création (de 1895 à 1972) et articulée autour de quatorze moments clés, de quelques mois à deux trois ans, qui mettent en lumière les ruptures formelles : une centaine de créations prêtées par les grands musées du monde explorent toutes les techniques abordées par le maître absolu du XXe siècle. Jusqu'au 23 septembre. Ici, Pablo Picasso, "Le Peintre masqué et son modèle", 1er février 1954, Musée national Picasso Paris, dation Pablo Picasso 1979 photo © RMN-Grand Palais (Musée national Picasso- Paris) / Mathieu Rabeau, service presse / musée Fabre © Succession Picasso, 2018
216
Henry Moore, "Reclining Figure", 1982, bronze. Photo Henry Moore Archive
316
Dans le cadre de Picasso Méditerranée également, le Musée Granet d'Aix-en-Provence propose un dialogue entre Picasso et Picabia, des artistes d'une extrême liberté, deux "frères ennemis" dont l'exposition révèle des œuvres jumelles à côté d'oppositions irréconciliables. Elle montre 150 œuvres (peintures, dessins, photographies, archives) organisées autour du cubisme, de l'esthétique dada, du classicisme ingresque, du surréalisme, de la figuration et du portrait, de l'usage de la photographie. Jusqu'au 23 septembre. A gauche Pablo Picasso, "Paysage aux deux figures", automne 1908, Musée national Picasso Paris– A droite Francis Picabia, "Tauromachie", 1912, Collection Valérie Roncari, Courtesy Galerie 1900-2000, ParisA gauche © Succession Picasso 2018 – A droite © ADAGP, Paris 2018
416
Le Mucem propose la première grande exposition d'Ai Weiwei en France (celle du Jeu de Paume en 2012 présentait ses photos). L'artiste chinois archi-connu, photographe, architecte, sculpteur, performeur, cinéaste, champion des réseaux sociaux, est à Marseille avec 50 œuvres, dont deux productions inédites, mises en parallèle avec des objets des collections du musée marseillais pour nous inviter à questionner des concepts opposés comme "Orient" et "Occident", "original" et "reproduction", "art" et "artisanat". (du 20 juin)Jusqu'au 12 novembre. Ici, Ai Weiwei, 2012 Ai Weiwei Studio
516
Picasso Méditerranée encore à Nice, où le Musée Matisse fait dialoguer Matisse et Picasso autour de la question du modèle. Pour les deux artistes, qui se côtoient régulièrement dans la région, entre Vence et Vallauris, à partir des années 1940, la relation du peintre à son modèle est un des principaux moteurs de réflexion. 130 œuvres des deux maîtres du XXe siècle, peintures, sculptures, œuvres graphiques et photographies qui les montrent dans leurs ateliers respectifs, racontent cette réflexion essentielle autour de la représentation du corps et de l'acte créateur. Du 23 juin au 29 septembre. Ici, à gauche, Hélène Adant, "Matisse dessinant Lydia Delectorskaya", La Régina, Nice, v.1952 – A droite, Denise Colomb, "Françoise Gillot à côté de son portrait par Picasso, Médiathèque de l'architecture et du Patrimoine, Charenton-le-PontA gauche Photo : © Centre Pompidou, MNAM / CCI Bibliothèque Kandinsky, Dist. RMN-Grand Palais / Hélène Adant – A droite © Succession Picasso 2018 © RMN-Grand Palais-Photo© Min. de la Culture-Médiathèque du Patrimoine, Dis. RMN-Grand Palais /Denise Colomb
616
Entre juillet 1953 et juin 1954, Nicolas de Staël a séjourné en Provence où il a peint avec frénésie en découvrant la lumière du Midi. Une période qui marque un tournant dans son œuvre : il évolue vers la couleur pure et ose des rapports de couleur au bord du déséquilibre avec des valeurs qui s'inversent. Une petite-fille et le fils de l'artiste ont réuni 87 des œuvres produites en Provence et dispersées dans le monde, pour les montrer à l'Hôtel de Caumont à Aix-en-Provence. Jusqu'au 23 septembre. Ici, Nicolas de Staël, "Ciel de Vauculuse", 1953 Adagp, Paris, 2018 photo : © Jean Louis Losi
716
Marcel Duchamp, "Roue de bicyclette", 1913/1964Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Christian Bahier / Philippe Migeat © Association Marcel Duchamp / ADAGP, Paris 2018
816
"La lumière est le matériau que j'utilise, la perception le médium, mon travail n'a pas de sujet, la perception est le sujet." James Turrell créé des "environnements perceptuels", en intérieur ou en extérieur. "Cherry" (1998) est un cube où on est plongé dans le noir où apparait un rectangle rouge, "Awakening" (2006) est une autre chambre sombre avec une lumière hypnotique qui change de couleur. Ces créations de l'artiste californien sont exposées au Musée d'Arts de Nantes, entourées de deux ensembles d'œuvres dont des gravures. Jusqu'au 2 septembre. Ici, James Turrell, "Awakening", 2006, installation lumineuse Courtesy Fundación Almine y Bernard Ruiz-PicassoJames Turrell
916
Un crâne, une assiette, un tube de peinture… 70 œuvres d'Erik Dietman, disparu en 2002, sont rassemblées au Musée des Beaux-arts de Lyon. L'artiste suédois installé en France en 1959 s'inspirait du quotidien pour créer dessins, peintures, sculptures, collages, qu'il mettait en scène de façon poétique. Jusqu'au 17 septembre. Ici, Erik Dietman, "Hommage à Daniel Spoerri, 1970 © ADAGP, Paris 2018. Image Lyon MBA – Photo Alain Basset
1016
Joana Vasconcelos, artiste portugaise qui se veut à la fois "décorative et conceptuelle", présente à l'Hôtel des Arts de Toulon ses créations remarquables par les couleurs et les matières, inspirées d'objets du quotidien, des traditions artisanales de son pays comme la céramique, le tissu ou le crochet. Des œuvres qui interrogent avec fantaisie le féminin dans sa dimension sociale et politique. L'artiste portugaise expose notamment une "Valquíria" inédite, créature textile monumentale. Du 13 juillet au 18 novembre. Ici, "Aquarela", 2014, collection de l'artiste Unidade Infinita Projectos – ADAGP, Paris 2018
1116
Pablo Picasso et Dora Maar, Sonia et Robert Delaunay, Georgia O'Keeffe et Alfred Stieglitz, ou Man Ray et Lee Miller… ces couples d'artistes de la première moitié du XXe siècle, peintres, sculpteurs, photographes, designers, musicien se sont mutuellement enrichis et inspirés. Leur vie intime transparaît à travers leurs œuvres. Le Centre Pompidou-Metz explore le processus créatif généré par les relations amoureuses passionnées, complexes et parfois subversives de ces "couples modernes". Jusqu'au 20 août. Ici, Dorothea Tanning et Max Ernst avec sa sculpture "Capricorn", 1947. Photo John KasnetsisJohn Kasnetsis © Adagp, Paris, 2018
1216
A l'occasion des 80 ans de Georg Baselitz, le Musée Unterlinden lui consacre une importante exposition de 70 œuvres –peintures, dessins, sculptures- réalisées ces quatre dernières années dans lesquelles l'artiste allemand interroge son propre corps. Sur de grandes peintures, il représente son corps nu, à l'envers, sans concession ni pathos, ainsi que celui de sa femme, dans des espaces abstraits. Des œuvres qui sont une mise à nu introspective, encore inédites en France et en Allemagne. Il les conçoit comme une "confrontation sans lien de dépendance" avec des artistes comme Lucio Fontana, Marcel Duchamp ou Joseph Beuys. Jusqu'au 29 octobre
Photo : Vue de l'atelier de Georg Baselitz sur les bords du lac Ammersee, 8 mars 2017DR
1316
Appui ou limite, promesse ou contrainte, protection ou instrument d'un interdit, le mur est une matière qui traverse le temps et semble doué d'une vie propre qui nous dépasse ou bien un témoignage voué à la ruine. Le Musée des Beaux-Arts de Caen invoque la figure du mur avec une centaine d'œuvres, pour la plupart modernes et contemporaines : peintures, sculptures, installations, dessins, photographies, vidéos… Jusqu'au 18 septembre. Ici, Léon Spilliaert, "Arbre derrière un mur", 1936, collection privéephoto Schrobiltgen
1416
Le Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Etienne rend hommage à deux artistes de la région, Jean-Michel Othoniel et Valérie Jouve. Du premier, on connait plutôt les travaux en verre coloré. C'est un versant plus sombre de son œuvre, lié aux souvenirs d'enfance dans une ville autrefois noircie par la poussière de charbon, qu'il présente ici, autour d'une grande paroi de verre noir en forme de vague. Quant à la photographe Valérie Jouve, elle expose des images inédites de jeunesse réalisées à Saint-Etienne et des images plus récentes dans un montage conçu comme une conversation intime avec sa région. Jusqu'au 16 septembre. Ici, Jean-Michel Othoniel, "The Big Wave", 2018. Photo Daniel InfangerADAGP, Paris 2018
1516
L'artiste belge Jan Fabre, héritier du surréalisme et du baroque flamand, a conçu une exposition "sur mesure" pour la Fondation Maeght, une exposition qu'il a voulue spirituelle et onirique. Il s'intéresse au cerveau, "métaphore de la terra incognita" et "partie la plus sexy du corps humain" selon l'artiste. Il fait dialoguer sculptures de marbre, dessins et collages. Du 30 juin au 11 novembre. Ici, Jan Fabre, "Cerveau de Janus (Yeux verts)", 2012, Photo Pat Verbruggen © Angelos bvba / Jan FabrePhoto Pat Verbruggen © Angelos bvba / Jan Fabre © Adagp Paris 2018
1616
"Debout" : la collection Pinault expose au couvent des Jacobins de Rennes une sélection d'œuvres d'artistes contemporains qui expriment notre capacité à affronter une réalité de plus en plus complexe et difficile et témoignent de la réalité du monde, avec Maurizio Cattelan, Marlène Dumas, Thomas Schütte, Jake et Dinos Chapman, Adel Abdessemed, Duane Hanson, Vincent Gicquel… Jusqu'au 9 septembre. Ici, Thomas Schütte, "Efficiency Men", 2005, Pinault Collection, et Marlene Dumas, "Gelijkenis I & II", 2002, Pinault Collection Adagp, Paris 2018