De Peter Saul à Picasso et Man Ray, les expositions à voir cet automne en régions

Notre sélection d'expositions à voir en régions cet automne, avec Peter Saul, Picasso, Man Ray, le rêve de l'artiste, le hasard ou le drapé.

A gauche, Peter Saul, \"Criminal being executed n° 2\", 1964, Collection du Frac des Pays de la Loire (exposition aux Abattoirs de Toulouse) - A droite, Picasso, \"L\'Aubade\", 4 mai 1942,  Centre Pompidou, MNAM-CCI, Paris (exposition Picasso au coeur des Ténèbres au Musée de Grenoble)
A gauche, Peter Saul, "Criminal being executed n° 2", 1964, Collection du Frac des Pays de la Loire (exposition aux Abattoirs de Toulouse) - A droite, Picasso, "L'Aubade", 4 mai 1942,  Centre Pompidou, MNAM-CCI, Paris (exposition Picasso au coeur des Ténèbres au Musée de Grenoble) (A gauche © Peter Saul; photo: Bernard Renoux - A droite © Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Georges Meguerditchian © Succession Picasso 2019)

Le pop artiste Peter Saul est à Toulouse, Picasso dans les années sombres de la guerre est à Grenoble, Einsenstein à Metz, Man Ray à Marseille. Mais ce sont surtout des expositions transversales qui sont proposées en régions à l'automne 2019 : le rêve d'être artiste à Lille, le hasard à Marseille, le drapé à Lyon, la Pologne à Lens... Notre sélection.

1Le rêve d'être artiste au Palais des Beaux-arts de Lille

Jean-Baptiste Siméon Chardin, \"Le singe-peintre\", vers 1735, Chartres, collection du musee des Beaux-Arts de Chartres, transfert de l’Etat à la Ville de Chartres février 2009
Jean-Baptiste Siméon Chardin, "Le singe-peintre", vers 1735, Chartres, collection du musee des Beaux-Arts de Chartres, transfert de l’Etat à la Ville de Chartres février 2009 (© Rmn-Grand Palais / Daniel Arnaudet)

Depuis le Moyen Âge, les artistes rêvent de se faire un nom, de vivre de leur art, d'être reconnus par leurs pairs, de devenir une référence, de se construire un statut hors norme. Le Palais des Beaux-Arts de Lille se penche sur ce "rêve d'être artiste", à travers des œuvres d'Albrecht Dürer à Marina Abramovic, de Jacques-Louis David à Frida Kahlo ou Jeff Koons. Du 20 septembre 2019 au 6 janvier 2020.

2La peinture caustique de l'Américain Peter Saul aux Abattoirs de Toulouse

Peter Saul, \"Businessman n°6\", 1963, collection MAC VAL - Musée d’art contemporain du Val-de-Marne
Peter Saul, "Businessman n°6", 1963, collection MAC VAL - Musée d’art contemporain du Val-de-Marne (© Peter Saul; photo: © Jacques Faujour)

Les Abattoirs de Toulouse proposent une rétrospective de Peter Saul (né en 1934), une des dernières figures du pop art, peu exposé en France alors qu'il y a débuté. Attentif au chaos du monde, il a abordé des sujets comme la guerre du Vietnam, les luttes pour les droits civiques, l'écologie, la malbouffe, la cigarette, les armes, il a caricaturé les présidents US, dans un style caustique, violent, cru et coloré. Près de cent œuvres des années 1950 à aujourd'hui. Du 20 septembre 2019 au 26 janvier 2020.

3L'art et le hasard, à la Vieille Charité à Marseille

Fred Deux, \"Fou\", 1952, tâche de peinture et empreintes de tissu encré sur papier. Marseille. Musée Cantini
Fred Deux, "Fou", 1952, tâche de peinture et empreintes de tissu encré sur papier. Marseille. Musée Cantini (© Ville de Marseille, Dist. Rmn - Grand Palais / image des musées de la ville de Marseille © Adagp, Paris, 2019)

Le hasard libère les sens. Dès la Renaissance, Léonard de Vinci disait que l'observation des taches et fissures sur les crépis des murs pouvaient donner naissance à des paysages ou à des scènes de bataille. Taches d'encre de Victor Hugo, paysages imaginaires à l'aquarelle "écrasée" de George Sand, hésitation d'une impression de monotype de Degas, coulures et autres accidents, le Centre de la Vieille Charité et la Friche de la Belle de mai s'intéressent à l'intervention du hasard dans le processus créatif, de la seconde moitié du XIXe à nos jours. Du 18 octobre 2019 au 23 février 2020.

4Picasso et la guerre, un génie au cœur des ténèbres au musée de Grenoble

Picasso, \"Nature morte au crâne de taureau\", 5 avril 1942 /  photo Walter Klein, Düsseldorf
Picasso, "Nature morte au crâne de taureau", 5 avril 1942 /  photo Walter Klein, Düsseldorf (© Succession Picasso 2019 / VG Bild-Kunst, Bonn 2019)

Le musée de Grenoble présente une centaine d'œuvres créées par Pablo Picasso entre 1939 et 1945, une des périodes les plus sombres de sa vie. Mois après mois, l'exposition suit l'homme et l'artiste, resté à Paris, hanté par la solitude et la mort. Des sentiments qui se traduisent dans son œuvre par un style âpre mais n'altèrent pas son énergie créatrice. Du 5 octobre 2019 au 5 janvier 2020.

5La Pologne du XIXe siècle en peinture et les immigrés polonais du Nord en photo au Louvre-Lens

Witold Wojtkiewicz, \"Les Labours\", 1905
Witold Wojtkiewicz, "Les Labours", 1905 (© Musée national de Varsovie / Krzysztof Wilczynski)

Pour fêter le centenaire de l'accord sur l'immigration entre la France et la Pologne, le Louvre-Lens présente une rétrospective sur la peinture polonaise du 19e siècle, une époque où les artistes, en s'inspirant de l'histoire nationale, ont façonné des images et une identité de la Pologne, alors que le pays était divisé entre l'empire russe, l'empire autrichien et le royaume de Prusse. Près de 130 tableaux des plus grands noms de la peinture polonaise. En écho, le Louvre-Lens expose le photographe Kasimir Zgorecki (1904-1980) qui a documenté la vie des immigrés polonais dans le bassin minier au début du 20e siècle. Du 25 septembre 2019 au 20 janvier 2020.

6Eisenstein au Centre Pompidou-Metz

Sergueï Eisenstein, \"Le Cuirassé Potemkine\", 1925
Sergueï Eisenstein, "Le Cuirassé Potemkine", 1925 (© FSF)

Le Centre Pompidou Metz célèbre Sergueï Eisenstein (1867-1920), le réalisateur mythique et, au-delà, l'homme de théâtre, le dessinateur, le théoricien, le collectionneur, le lecteur. Avec ses grands films, ses dessins, confrontés à des sculptures, des peintures, des photographies qui ont marqué celui qu'on a baptisé le "Léonard de Vinci russe", du Greco à Kandinsky, Toulouse-Lautrec, Nicolas Poussin, Rodin… Du 28 septembre 2019 au 24 février 2020.

7Man Ray photographe de mode au musée Cantini à Marseille

Man Ray, \"Sans titre\", vers 1935, collection Lucien Treillard
Man Ray, "Sans titre", vers 1935, collection Lucien Treillard (© Man Ray 2015 Trust / Adagp, Paris 2019)

Quand il s'installe à Paris au début des années 1920, Man Ray participe au mouvement surréaliste et développe en même temps une activité de portraitiste qui le conduit à travailler comme photographe de mode, pour le couturier Paul Poiret puis pour les magazines Vogue, Vanity Fair, Harper's Bazaar. Le musée Cantini à Marseille consacre une exposition à cet aspect méconnu de l'œuvre de l'artiste, qui a renouvelé la photographie de mode, avec des compositions, des jeux de lumière, des solarisations, des colorisations. D'ailleurs certaines images devenues des icones du surréalisme furent au départ des commandes commerciales, comme la série des Larmes. Du 8 novembre 2019 au 8 mars 2020.

8Chefs-d'œuvre belges du musée d'Ixelles à Lodève

Pierre Alechinsky, \"CoBrA de transmission\", 1968
Pierre Alechinsky, "CoBrA de transmission", 1968 (© ADAGP Paris 2019, photo Musée d’Ixelles)

Une sélection de 90 œuvres prêtées par le musée d'Ixelles (Belgique) au musée de Lodève (Hérault) dessine un panorama de l'art belge depuis la première moitié du XIXe siècle, du paysagisme au symbolisme, au surréalisme, à CoBrA et l'abstraction construite et lyrique; d'Hippolyte Boulenger à Pierre Alechinsky en passant par Constantin Meunier, James Ensor, Leon Spilliaert, Paul Delvaux ou Magritte. Du 28 septembre 2019 au 23 février 2020.

9L'artiste congolais Sammy Baloji au Point du Jour à Cherbourg

Sammy Baloji, \"Sans titre (Nouvelles architectures à Goma)\", photographie couleur sur papier baryta
Sammy Baloji, "Sans titre (Nouvelles architectures à Goma)", photographie couleur sur papier baryta (© Sammy Baloji / courtesy de l’artiste et de la galerie Imane Farès (Paris))

Le Point du Jour - Centre d'art de Cherbourg expose les derniers travaux de Sammy Baloji, photographe congolais qui explore le patrimoine culturel, architectural et industriel de son pays, interrogeant le récit colonial ainsi que les croisements culturels qui se perpétuent. Il s'exprime avec la photo et aussi des installations, des vidéos, des documents, des sculptures. Exposé à Bruxelles en 2005, primé aux Rencontres de Bamako en 2007, il a exposé depuis à la Biennale de Venise et dans le monde entier. Du 6 octobre au 26 janvier 2020

10Le drapé au musée des Beaux-Arts de Lyon

Anne-Louis Girodet de Roucy-Trioson, Etude de draperie pour Scène de déluge, 1806. Musée d\'arts de Nantes Image
Anne-Louis Girodet de Roucy-Trioson, Etude de draperie pour Scène de déluge, 1806. Musée d'arts de Nantes Image (© Musée d'arts de Nantes – Photo : C. Clos)

En partant d'un dessin d'Albrecht Dürer étudiant un pan de draperie, avec ses plis et ses jeux d'ombre et de lumière, le musée des beaux-Arts de Lyon montre comment ce motif a perduré jusqu'à aujourd'hui, avec des œuvres de Nicolas Poussin, Gustave Moreau, Ingres, des dessinateurs moins connus, des artistes modernes comme Degas, Rodin, George Grosz, Fernand Léger, Gino Severini, contemporains comme Ernest Pignon-Ernest ou Maurizio Cattelan, et des photographes comme Mathieu Pernot et Man Ray. Du 30 novembre 2019 au 8 mars 2020.

11Chaplin dans l'œil des avant-gardes au Musée d'arts de Nantes

Frantisek Kupka, \"L\'acier boit n°II\", 1927-1928, Musée National d’Art Moderne
Frantisek Kupka, "L'acier boit n°II", 1927-1928, Musée National d’Art Moderne (photo : © Centre Pompidou, MNAMCCI, Dist. RMN-Grand Palais / image Centre Pompidou, MNAM-CCI, oeuvre : © ADAGP, Paris, 2019)

Le Musée d'arts de Nantes offre une relecture de l'art de la première moitié du XXe siècle en suivant le fil de l'œuvre cinématographique de Charlie Chaplin, dont les films ont fasciné les artistes du monde entier. Ils témoignaient d'une conscience aigüe des préoccupations esthétiques et thématiques de son temps, partagées par les avant-gardes. Avec des œuvres de Frantisek Kupka, Marc Chagall, Fernand Léger, Man Ray, Meret Oppenheim, Claude Cahun… Du 18 octobre 2019 au 3 février 2020.

12Des maîtres japonais des XVIIIe et XIXe siècles à l'Hôtel de Caumont d'Aix-en-Provence

Utagawa Kunisada, \"Shichidaime Ichikawa Danjurô no Soga no Gorô to Omi no Okane  (L’acteur Ichikawa Danjûrô VII dans le rôle de Soga no Gorô et Omi no Okane)\" signé Gototei Kunisada ga 1818-1830
Utagawa Kunisada, "Shichidaime Ichikawa Danjurô no Soga no Gorô to Omi no Okane  (L’acteur Ichikawa Danjûrô VII dans le rôle de Soga no Gorô et Omi no Okane)" signé Gototei Kunisada ga 1818-1830 (.)

L'Hôtel de Caumont-Centre d'art d'Aix-en-Provence présente 200 estampes et objets japonais de la période Edo (deuxième moitié du XVIIIe et première moitié du XIXe siècle), époque de grande effervescence artistique, issues de la collection de Georges Leskowicz. Avec des œuvres des grands maîtres, Harunobu, Utamaro, Sharaku, Hokusai, Hiroshige… Du 8 novembre 2019 au 22 mars 2020.

13De Roger Bissière à Alfred Manessier, six peintres français de l'après-guerre à Roubaix

Elvire Jan, \"Composition\", 1958. Collection particulière.
Elvire Jan, "Composition", 1958. Collection particulière. (Photo : Zina Galai/Studio Curchod, Vevey (CH))

Après le musée Granet d'Aix-en-Provence et le Kunstmuseum de Münster, l'exposition "Traverser la lumière" est à la Piscine de Roubaix : une centaine de toiles et de dessins de six peintres, Jean Bazaine, Roger Bissière, Elvir Jan, Jean le Moal, Alfred Manessier et Gustave Singier, qui ont voulu après la guerre trouver une voie entre figuration et abstraction, partageant une approche liée à des émotions plutôt qu'à l'évocation d'une réalité identifiable. Des artistes qui n'ont jamais publié de manifeste, des amis qui ont travaillé dans une grande proximité.
Du 19 octobre 2019 au 2 février 2020.

14Arte povera et action à Saint-Etienne

Giovanni Anselmo, \"Entrare nell’opera\", collection Fondation Louis Vuitton, Paris
Giovanni Anselmo, "Entrare nell’opera", collection Fondation Louis Vuitton, Paris (© Giovanni Anselmo © Fondation Louis Vuitton / Marc Domage)

Au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Etienne, l'exposition "Entrare nell'opera / Entrer dans l'œuvre" explore la dimension performative de l'arte povera. Au-delà des matériaux modestes qu'ils utilisent, les artistes de ce mouvement italien ont, dans les années 1960 et 1970, éprouvé la nécessité de l'action : ils ont pratiqué la performance, ils se sont intéressés à l'interaction entre les corps, à l'espace, à la temporalité et à la participation du spectateur. L'exposition rassemble une centaine d'œuvres créées entre 1963 et 1978 et près de 300 archives photographiques et filmiques. Le visiteur est invité à interagir avec certains objets. Du 30 novembre 2019 au 3 mai 2020.

15La rencontre entre arts et cinéma au musée des Beaux-Arts de Rouen

Mimmo Rotella, \"La storia del cinema\", 1966, peinture, affiche collée et déchirée, sérigraphie sur toile
Mimmo Rotella, "La storia del cinema", 1966, peinture, affiche collée et déchirée, sérigraphie sur toile (© Cinémathèque française)

Extraits de films, peintures, sculptures, phtographies, affiches, costumes, dessins sont rassemblés au musée des Beaux-Arts de Rouen pour montrer les relations réciproques entre les artistes du XXe siècle et les images en mouvement, depuis les débuts du cinéma. Des liens entre les premiers films des frères Lumière et les impressionnistes, entre Chaplin et Fernand Léger, entre Jean-Luc Godard et Yves Klein. Du 18 octobre 2019 au 10 février 2020