"Champs d’amour", l’exposition qui retrace un siècle de cinéma LGBT

L’Hôtel de Ville, à Paris, accueille l’exposition "Champs d’amour, 100 ans de cinéma arc-en-ciel". A découvrir jusqu’au 28 septembre.

L\'affiche de l\'exposition \"Champs d\'amour, 100 ans de cinéma arc-en-ciel\" 
L'affiche de l'exposition "Champs d'amour, 100 ans de cinéma arc-en-ciel"  (Greg Gorman, Divine, New York City, 1987)

En collaboration avec la Cinémathèque, l’Hôtel de Ville à Paris ouvre ses portes à une exposition gratuite qui raconte l’évolution de la représentation des personnes homosexuelles, bisexuelles et transgenres au cinéma.

Un long combat

"Etre amoureux de quelqu’un de son propre sexe est aussi noble et pur que d’aimer quelqu’un de sexe opposé". Cette réplique est tirée du premier film qui met en scène des personnes homosexuelles, sans qu’elles soient moquées ou incriminées. Autre que les autres, réalisé par Richard Oswald, est sorti en 1919. Il y a tout juste un siècle. Ce film muet allemand, dont l’exposition Champs d’amour propose un extrait, avait été à l’époque retiré de nombreux cinémas sous la pression de l’armée et de l’Eglise.

C’est un film militant, politique qui raconte pour la première fois une histoire d’amour entre deux hommes. Une histoire contrariée par un maître-chanteur.Alain Burosse, co-commissaire de l'exposition "Champs d'amours"  

Quand les nazis arrivent au pouvoir, les copies du film sont quasiment toutes détruites. Il faudra attendre 1969 pour que le 7e art brise les tabous.

En 1969, il y a eu des émeutes dans un bar homo new-yorkais, le Stonewall Inn. Un événement qui a donné naissance au premier mouvement de libération gay dont on fête le cinquantenaire cette année. Jean-Baptiste Erreca, co-commissaire de l'exposition

Une centaine d'extraits de films à découvrir

Le cinéma se libère et les LGBT sont enfin visibles sur grand écran dans des comédies populaires (La cage aux folles) ou dramatiques (Les nuits fauves, Philadelphia), des biopics, des documentaires... Une révolution des mœurs que l’exposition explore à travers une centaine d’extraits de films, des affiches, photos, scénarios ou encore costumes.

On voit à travers tous ces films et affiches comment l’homosexualité se banalise au cinéma. Et d’ailleurs si on regarde les séries, un couple homosexuel est devenu un couple normal.Michèle Collery, co-commissaire de l'exposition

Des films récompensés 

Signe effectivement que les temps ont changé, les prix accordés aux films qui traitent de l’homosexualité : Le secret de Brokeback Mountain a décroché en 2005 le Lion d’or de la Mostra de Venise et La vie d’Adèle, la Palme d’Or à Cannes en 2013. Reste que dans certains pays, notamment en Afrique, les relations amoureuses entre deux personnes de même sexe sont encore taboues dans les salles obscures. Le film Rafiki est un exemple récent. Présenté au festival de Cannes en 2018, il a été censuré dans son pays d’origine, le Kenya.      

Champs d'amours, 100 ans de cinéma arc-en-ciel, à voir jusqu'au 28 septembre 2019 à l'Hôtel de Ville à Paris, du lundi au samedi de 10h à 18h30.