Biennale de Venise : présence d'artistes ukrainiens et boycott de la délégation russe, l'ombre de la guerre plane sur l'événement

Pavlo Makov, un artiste ukrainien qui a fui face à l'invasion russe en emportant presque rien, est fier de représenter son pays cette année à la Biennale de Venise, qui débute le 23 avril et où l'on va se poser la question du rôle de l'art en temps de guerre.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Une fresque flottante et biodégradable, oeuvre de l'artiste Franco-Suisse Guillaume Legros, installée à Venise pour la 59e Biennale d'Art (AFP PHOTO / Valentin FLAURAUD / SAYPE)

"Je ne crois pas que l'art puisse changer le monde. Mais l'art peut nous aider à survivre", explique à l'AFP Pavlo Makov, avant l'ouverture ce samedi 23 avril de la 59e Biennale d'Art de Venise, l'une des plus prestigieuses manifestations d'art au monde.

L'artiste ukrainien Pavlo Makov présente son installation "La fontaine de l'épuisement" exposée à la 59e Biennale d'Art de Venise, le 19 avril 2022 (VINCENZO PINTO / AFP)

De retour après une interruption due à la pandémie, cette 59e édition est éclipsée par la guerre en Ukraine, déclenchée le 24 février. Les organisateurs ont banni les représentants officiels russes pour protester contre l'invasion, tandis que la délégation ukrainienne a réussi à quitter Kiev le jour où les troupes russes ont franchi la frontière.

Pour Pavlo Makov, 63 ans, il était inévitable que la Russie soit exclue de la manifestation, où 58 pays sont représentés dans des pavillons nationaux à travers 213 artistes. "Le dialogue que nous avons en ce moment avec la culture russe se tient dans un seul endroit, sur le front", tranche-t-il.

Baptisée La fontaine de l'épuisement, son installation est composée de 78 entonnoirs bleu canard disposés en triangle et dans lesquels s'écoule de l'eau qui est récoltée dans un petit bassin. Le murmure de l'eau résonne dans la pièce où trône cette oeuvre que son auteur considère comme "une métaphore de la vie contemporaine".

L'oeuvre sauvée par une conservatrice ukrainienne

Les entonnoirs ont été acheminés depuis Kiev par la conservatrice Maria Lanko.  Elle a quitté la capitale ukrainienne quand la Russie a lancé son offensive et conduit durant six jours à travers la Roumanie, la Hongrie et l'Autriche pour arriver finalement en Italie. La jeune femme de 35 ans s'était préparée à l'éventualité d'une guerre : "Nous avons plaisanté en nous disant : " Ok, si jamais quelque chose se passe on peut mettre ces caisses dans une voiture et les faire sortir"", raconte-t-elle à l'AFP. Elle a cependant laissé derrière elle l'imposante base de l'installation.

Démission des artistes russes

Non loin de là, les salles du pavillon russe sont vides. Le commissaire d'exposition et les artistes ont démissionné après l'invasion. "Il n'y a pas de place pour l'art quand des civils meurent", avait alors souligné l'artiste russe Kirill Savchenkov.

Les organisateurs de la Biennale ont salué ce geste et interdit l'accès de la manifestation à toute personne liée au gouvernement russe, se joignant ainsi au boycott culturel mondial de Moscou en raison de la guerre.

Ils ont aussi financé la reconstruction de l'installation de Makov. "C'est vraiment grâce à cette solidarité que nous pouvons avoir ce projet achevé ici", a reconnu l'artiste, qui a lui-même quitté précipitamment l'Ukraine avec sa famille, qui se trouve actuellement en Autriche.

La Biennale, ouverte au public du 23 avril au 27 novembre, devait initialement se tenir en 2021, mais a été reportée à cause de la pandémie de Covid-19. Cette édition, qui a pour thème Le lait des rêves, est dirigée par Cecila Alemani, une Italienne de 45 ans qui a tenu à assurer la présence d'une majorité d'artistes femmes et non-binaires. "Au fil des 57 éditions de la Biennale, à l'exception de la dernière, il y a eu une grande prépondérance d'artistes masculins. C'est pourquoi j'ai voulu rééquilibrer l'Histoire", a-t-elle expliqué à l'AFP.

Piazza Ucraina

À propos du conflit en Ukraine, elle affirme avoir apprécié la décision des représentants russes de démissionner plutôt que de "porter le fardeau de représenter la Russie à la Biennale de 2022 et avoir cette marque pour le reste de leur vie""C'est aussi le rôle de la Biennale (...) de tenir compte des sursauts de l'Histoire", juge-t-elle. Dans cet esprit, elle a annoncé le lancement de Piazza Ucraina (Place d'Ukraine), un espace consacré à la méditation, aux discussions et performances.

Sur cet espace trône une montagne de sacs de sable, semblables à ceux utilisés en Ukraine pour protéger les statues des bombardements.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Art contemporain

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.