A Tours, l'artiste allemande Alicja Kwade joue avec les limites de la perception

Envie d'être dérouté ? Plongez dans l'oeuvre monumentale d'Alicja Kwade, une forme labyrinthique exposée à Tours et qui interroge notre perception du temps, de la réalité et de l'espace.

L\'horloge et la pierre de The Resting thought d\'Alicja Kwade.
L'horloge et la pierre de The Resting thought d'Alicja Kwade. (J. Girardo / France Télévisions)

Il faut aimer s'interroger et prendre son temps pour apprécier à sa juste mesure la première exposition personnelle institutionnelle en France d'Alicja Kwade, une  jeune artiste d'origine polonaise installée à Berlin.

Jusqu'au 1er septembre, elle est l'invitée du Centre de création contemporaine Olivier Debré (CCC OD) à Tours avecThe Resting Though (traduisez : la pensée au repos), une création monumentale qui occupe le grand espace de la nef du centre d'art.

Désorienter le visiteur

Le visiteur déambule dans un labyrinthe composé de murs de béton, de miroirs, de cadres métalliques vides et de sculptures, le tout sous une horloge et une pierre suspendues au plafond, qui tournent sans relâche au dessus des têtes avec un tic-tac hypnotique. Alicja Kwade a étudié l'espace de la nef pour créer des effets de trompe-l'oeil, grâce notamment aux miroirs. De quoi désorienter le visiteur.

"Cette pièce nous met en danger" explique Alain Julien-Laferrière, le directeur du CCC OD). "Elle essaie d'organiser un nombre d'incertitudes. On passe à travers un mur, alors que vous pensez qu'il n'y en a pas. En fait, c'est un miroir".

Tout est labyrinthique et interrogatifAlain Julien-Laferrière DirecteurDirecteur du CCC OD

The Resting Though d\'Alicja Kwade.
The Resting Though d'Alicja Kwade. (J. Girardo /)

On aime... ou pas

Pour appréhender ce genre d'oeuvres, il faut prendre un minimum de temps et accepter de lâcher un peu ses certitudes. Ca marche... ou pas.

"Il y a des gens qui rentrent dans la pièce et n'en sortent plus" commente Alain Julien-Laferrière. "Ils se prennent au jeu car il y a vraiment un aspect ludique, on est happé par cette pièce et on y reste. Et puis, il y a ceux qui ne voient pas qu'il y a quelque chose qui nous interpelle. Ils passent et ils repartent."

Artiste internationale

Dès ses débuts, Alicja Kwade compose ses oeuvres avec des objets et matériaux du quotidien, acier et miroirs, qui lui servent à encadrer ses installations. Au fil des années, ses créations deviennent de plus en plus monumentales à l'image de celle proposée récemmment sur le toit du du Metropolitan Museum de New York avec 9 sphères réalisées dans un marbre extrait pour chacune d’une région du monde différente.

Son style : des créations épurées, où régne la symétrie. Le hasard et l'à peu-près n'ont pas leur place chez Alicja Kwade qui "pense ses sculptures au millimètre et les dispose selon des calculs très élaborés". 

MET Exhibitions

L'hypnose continue

La visite n'est pas finie et on peut continuer à se perdre avec une autre exposition qui  accueille les créations de Florian et Michaël Quistrebert. Zigzag, c'est son nom, mêle installation vidéo immersive et toiles articulées autour du motif du zigzag.

Les deux frères travaillent ensemble malgré la distance (Florian vit aux Pays-Bas, Michaël à Nantes). D'un côté, la vidéo qui joue avec les principes de l'art optique pour hypnotiser et happer le visiteur dans les méandres de la contemplation. En parallèle, des toiles réalisées en modeling paste, une pâte de couleur blanc écru utilisée dans le bâtiment. Les artistes l'utilisent pour tracer des stries régulières qui évoquent l’esthétique des jardins zen tout en jouant sur le relief.

Une des oeuvres proposées par Florian et Michaël Quistrebert.
Une des oeuvres proposées par Florian et Michaël Quistrebert. (J. Girardo / France Télévisions)

The Resting Though  - Alicja Kwader

jusqu'au 1er septembre

Zigzag - Florian et Michaël Quistrebert 

jusqu’au 11 novembre

au CCC OD de Tours

Jardin François 1er - 37000 Tours

du mardi au dimanche de 11h à 19h - jeudi jusqu’à 21h

5 €/pers. 

02 47 66 50 00