Urbanisme : en Egypte la "Sissi-city", une nouvelle ville pharaonique, sort des dunes

Palais des congrès rococo, immenses tours sur le modèle des gratte-ciels de Dubaï, opéra majestueux : la "nouvelle capitale" de l'Egypte sort des sables à 50 km du centre du Caire, un projet pharaonique voulu par le président Abdel Fattah al-Sissi.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Vue, depuis la "Iconic Tower", sur le quartier du commerce et des finances de la "nouvelle capitale administrative" d'Egypte, grand chantier du président al-Sissi. Photo prise le 3 août 2021. (KHALED DESOUKI / AFP)

Alternant avec des portraits du raïs, des panneaux le long de la route indiquent la "nouvelle capitale" : des chantiers à perte de vue en plein désert à 25 kilomètres à peine du Fifth Settlement, l'un des derniers nés des faubourgs selects du Caire.

Une architecture empruntée à Dubaï

Au loin, on voit une tour de 300 mètres, la plus haute d’Afrique. Réalisée par l’agence d’architectes américains, Skidmore, Owings and Merrill, la maquette de la future cité a été construite sur le modèle de Dubaï : des buildings agrémentés d’espaces verts.

L'"Iconic Tower" en construction, supposée atteindre les 1000 mètres de hauteurs.  (KHALED DESOUKI / AFP)

En 2019, Al Sissi y avait inauguré une vaste mosquée dotée de quatre minarets - nommée "al-Fattah al-Alim", un des noms de Dieu dans l'islam, mais aussi le prénom du président - et une cathédrale copte, copie conforme de sa jumelle inaugurée il y a plus d'un demi-siècle au Caire. Le Parlement, des ministères ou des quartiers chics sortent de terre, pour lesquels les promoteurs démarchent depuis des mois les Cairotes par téléphone. Mais émergent également des bâtiments à loyer modéré, dessinés par le ministère du Logement. 

Train monorail et voies nouvelles

Le site de 730 kilomètres carrés (l'équivalent de sept fois Paris) doit être construit en trois étapes, dont "la première couvre 250 km2 qui pourront accueillir deux millions d'Egyptiens", détaille Khaled al-Husseini, porte-parole de l'entreprise publique chargée de sa construction. La ville "offrira une vie meilleure avec des équipements modernes et écologiques et des caméras de surveillance", assure-t-il, évoquant panneaux solaires et énergies renouvelables.

Des fonctionnaires viendront y travailler dès décembre et ils seront 100 000 en tout "d'ici trois ans", assure Khaled al-Husseini. Pour eux, "il a fallu créer un réseau routier et prévoir des moyens de transport", dont un train monorail à près de quatre milliards d'euros pour relier la nouvelle capitale au Caire, connue pour ses embouteillages monstres. En tout, 10 000 kilomètres de voies nouvelles doivent également être aménagés, dont une grande partie sera réservée aux piétons. Une débauche de moyens qui en exaspère plus d'un alors qu'un tiers des 102 millions d'Egyptiens vivent sous le seuil de pauvreté.

Des facultés, des hôpitaux et des écoles sont encore en construction alors que l'inauguration prévue le 30 juin a été repoussée, notamment à cause de l'épidémie de Covid-19. Cette date était symbolique pour le pouvoir car ce jour-là, il y a huit ans, une foule immense donnait "mandat" à l'armée contre le président islamiste d'alors, Mohamed Morsi, renversé peu après par le maréchal Abdel Fattah al-Sissi.

Se substituer au Caire ?

L'inauguration dont la nouvelle date reste inconnue actera selon Abdel Fattah al-Sissi la "nouvelle République" lancée à sa première élection en 2014. Peu après, il avait annoncé vouloir une nouvelle capitale, en lieu et place du Caire, cité tentaculaire de plus de 20 millions d'habitants à l'immense richesse architecturale, comme en témoigne la mosquée Ibn Touloun, vieille de plus d'un millénaire.

Mais pour Galila el-Kadi, urbaniste de l'Institut de recherche pour le développement basé en France, cette nouvelle capitale ne vient pas concurrencer Le Caire, comme Brasilia a pu le faire avec Rio de Janeiro et Sao Paulo, mais prolonger un peu plus une mégalopole déjà engorgée.

La stratégie derrière cette nouvelle capitale est "une énigme", estime cette professeure d'université : "Avant même d'être habitée, elle touche déjà Le Caire. Dans quelques années, elle va s'agrandir et sera complètement absorbée et cela ne fera qu'ajouter aux problèmes de gestion d'une forte concentration de population dans un espace encore plus grand". Abdel Fattah al-Sissi a déjà été à l'initiative de villes nouvelles, comme à Mansoura (nord) ou Assouan (sud), mais celle qui est appelée pour le moment "la nouvelle capitale administrative" est "le plus grand projet de l'Etat", indique à l'AFP Khaled al-Husseini, porte-parole de l'entreprise publique chargée de sa construction.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Architecture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.