Le Havre rêvé de Philippe De Gobert, une vision en trompe-l'œil de la cité portuaire reconstruite après la guerre

Invité au MuMa du Havre, le photographe Philippe De Gobert revisite le patrimoine architectural de la cité portuaire dans un troublant mélange d’imaginaire et de réalité.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
LH 0550, 2019, tirage numérique 1/3, 104 x 138 cm. Courtesy Galerie Aline Vidal. (Philippe De Gobert © Adagp, Paris 2021)

Détruite à plus de 80% pendant la Seconde Guerre mondiale puis reconstruite entre 1945 et 1964, la ville du Havre a souvent fasciné les artistes. Cette fois, c’est le photographe belge Philippe De Gobert qui livre sa vision de la cité normande à travers une exposition proposée jusqu'au 7 novembre 2021 au MuMa (Musée d’art moderne André Malraux) du Havre. Baptisée "Du merveilleux en architecture au conte photographique", elle explore le thème de la reconstruction d'une ville en mêlant montages photos, documents d’archives et maquettes.

Expo Philippe de Gobert Le Havre

Pour réaliser cette exposition, Philippe De Gobert est venu passer trois jours au Havre, ville où il ne s'était jamais rendu. L’ambiance de la cité, reconstruite après la guerre par l’architecte Auguste Perret, l’a fortement inspiré.

Une atmosphère particulière

Passionné par la troisième dimension, celui qui fut un temps sculpteur a réalisé des maquettes très réalistes de bâtiments ou de lieux, à l’échelle 1/100e :  un front de mer, la proue d’un croiseur, un port avec ses bateaux et ses grues de levage, un intérieur d'appartement ou encore une réplique du paquebot Le Normandie… En studio, Philippe De Gobert a ensuite agencé ces éléments devant un fond de ciel nuageux, travaillant les éclairages pour obtenir des "images d’atmosphères", photographiées puis tirées en une trentaine de grand format.

Philippe De Gobert dans son atelier à Bruxelles, 2021. (Jean-Marie Châtelier © Adagp, Paris 2021)

Mais pas question pour le photographe de reproduire scrupuleusement la réalité. Ce qu’il livre, c’est bien sa vision d'un Havre en pleine reconstruction, comme si l'artiste avait saisi l'ambiance de la cité après la guerre, entre ruines et renaissance.

Ce qui m’intéresse surtout, c’est que ce soit riche au niveau poétique et pas tellement dans la vérité du contenu.

Philippe De Gobert

Photographe

Résultat : un mélange très troublant qui plonge celui qui le regarde dans un univers en trompe-l'œil, comme s'il évoluait dans une sorte de rêve éveillé. On a l’impression de marcher dans une cité imaginaire baignée d'une lumière à la fois douce et inquiétante de lendemain d’apocalypse ou au contraire d'aube nouvelle. Le trouble vient aussi de l’absence totale de présence humaine dans ces clichés.

LH 0065, 2019, tirage numérique 1/3, 79 x 120 cm. Courtesy Galerie Aline Vidal. (Philippe De Gobert © Adagp, Paris 2021)

L’été 2021 marquera le seizième anniversaire de l’inscription du centre-ville du Havre, reconstruit par Auguste Perret, au Patrimoine mondial de l’Humanité. De par son histoire, la cité portuaire a suscité l’intérêt des artistes, Depuis plusieurs années, le MuMa invite des photographes et des vidéastes du monde entier à venir au Havre et y travailler. En quinze ans, près de vingt artistes se sont succédé, livrant ainsi leur vision d'une ville en perpétuelle mouvement.

 LH 2034, 2020, tirage numérique 1/3, 148 x 104 cm. Courtesy Galerie Aline Vidal.  (Philippe De Gobert © Adagp, Paris 2021)

Philippe De Gobert – Du merveilleux en architecture au conte photographique 

Jusqu'au 7 novembre 2021 au MuMa – Musée d’art moderne André Malraux            2, boulevard Clemenceau 76600 Le Havre                                                                  Du mardi au vendredi de 11h00 à 18h00 Le samedi et dimanche de 11h00 à 19h00 Tarifs : 7€ / 4€

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Architecture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.