A Lyon, le musée des Confluences met en lumière les mille et une facettes de l’art africain

230 objets, pour la plupart issus du Nigeria et du Cameroun, sont présentés dans cette exposition. Ces masques, statuettes ou parures proviennent de la collection privée Ewa et Yves Develon, aujourd'hui confiée au musée.
Article rédigé par Véronique Dalmaz
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min
Exposition "Afrique, mille vies d’objets" au Musée des Confluences de Lyon. (FRANCE TELEVISIONS)

L'exposition Afrique, mille vies d’objets raconte l’histoire de ces 230 œuvres d’art, de leur fabrication à leur voyage jusqu’en Europe depuis le Nigeria et le Cameroun. Elle met également à l’honneur le couple Ewa et Yves Develon, à l’origine de cette collection.

Exposition Afrique, mille vies d'objets au musée des Confluences
Exposition "Afrique, mille vies d'objets" au musée des Confluences Exposition Afrique, mille vies d'objets au musée des Confluences (France 3 Rhône-Alpes : A. Laurent / V. Diguat / J. Le Garroy)

De la création aux rituels

Retracer le parcours de ces trésors rassemblés pendant près d’un demi-siècle par un couple de passionnés d’art, c’est tout l’objectif de cette exposition. La première partie plonge le visiteur au plus près de leur création. Il découvre les matériaux utilisés (métal, ivoire, bois, fibres végétales…), les techniques mises en œuvre ainsi que les sources d’inspiration (humaines ou animales). Le talent des sculpteurs, forgerons, céramistes ou bronziers est également mis en valeur à travers des photos. Plus que de simples œuvres d'art, ces objets revêtent une grande importance rituelle ou culturelle au sein des tribus. Une statuette pourra, par exemple, honorer des âmes errantes. Une parure ou un masque sera utilisé comme objet d’apparat pendant les mascarades. Des films décrivant ces cérémonies sont d'ailleurs projetés, sur deux grands écrans, dans l’immense salle (700 m2) consacrée à l’exposition.

Témoignage photographique des origines des oeuvres présentées (France 3 Rhône-Alpes)

Des rituels aux œuvres d’art

Si en Afrique, ces objets ont une réelle utilité sociale, en Europe ils sont cantonnés au rang d'œuvres d’art. Le regard des collectionneurs, c’est l’autre sujet de cette exposition. Séduits par l’esthétisme de ces sculptures, Ewa et Yves Develon ont constitué, à partir des années 1960, une collection de plus de 300 objets d’Afrique subsaharienne. "Une grosse partie de cette collection est composée d’œuvres du Nigeria. N’ayant jamais été colonisé par la France, on a très peu d’objets provenant de ce pays. Et pourtant, c’est d’une diversité culturelle et stylistique incroyable", raconte avec enthousiasme Marie Perrier, directrice de la collection Afrique du musée des Confluences. Le couple a également eu un véritable coup de coeur pour les œuvres provenant du Cameroun.

Aujourd’hui se pose la question de la transmission de toute cette richesse. En 2018, les Develon ont offert une quarantaine de pièces au musée des Confluences qui, à l’époque, avait déjà organisé une exposition. Un premier legs qui va se poursuivre avec la donation au musée lyonnais de la totalité de la collection.    

Exposition "Afrique, mille vies d’objets" - Musée des Confluences, 86 quai Perrache 69002 Lyon, étage 1, salle 12 - Jusqu'au 18 février 2024 - Du mardi au dimanche de 10h30 à 18h30, nocturne jusqu'à 22h le 1er jeudi du mois - Tarif : de 0 € à 9 €

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.