Cet article date de plus de six ans.

A la rencontre de "nos plus proches parents", les grands singes

C'est ce que propose le Muséum national d’Histoire naturelle avec l’exposition Sur la piste des Grands Singes. L'occasion pour le public de mieux les connaître et d'identifier ce qui les menace. Gorilles, chimpanzés, orangs-outans, bonobos : ils sont très différents et en même temps très proches des hommes.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Sur la piste des Grands Singes © MNHN - Jean-Michel Krief)

C’est une immersion garantie dans la forêt tropicale que propose cette exposition qui s’installe pour plus d’un an au sous-sol de la Grande Galerie de l’Evolution. Dans un dédale de murs verts, l’équipe de scientifique du muséum tente de nous montrer pourquoi les grands singes sont nos cousins :  "Les grands singes sont nos plus proches parentsIl y a six espèces de grands singes : deux de gorilles, deux d’orangs-outans, les chimpanzés et les bonobos" , explique Sabrina Krieff, primatologue et commissaire de l’exposition. "Ils n’ont pas de queue à la différence des autres primates et ont un plus gros cerveau ", poursuit-elle.

A la rencontre de "nos plus proches parents", les grands singes - reportage Anne-Laure Barral
écouter

 

Entre les spécimens empaillés de gorilles ou de chimpanzés, de nombreux ateliers interactifs invitent le visiteur à se mettre dans la peau de ses grands singes. Il y a des écrans tactiles avec des jeux pour reconnaitre les cris du gorille qui appellent ses congénères ou ceux du chimpanzé qui a faim.

De nombreuses projections vidéo montrent la vie des singes dans la forêt : les bonobos qui règlent leur conflit par le sexe, les séquences d’épouillage des chimpanzés pour éviter les parasites. "On fait des recherches sur l’automédication des chimpanzés ", explique la primatologue. En voyant comment ils consomment les plantes de la forêt on cherche un remède au paludisme.

Les grands singes comme nous affrontent les maladies. Entre 2001 et 2005 : 80% des gorilles et des chimpanzés du Congo et du Gabon ont été victimes du virus Ebola.

Quel avenir pour les grands singes ?

 (Chimpanzé traversant une route © MNHN - Jean-Michel Krief)

Toutes les espèces de grands singes sont effet en danger. Il reste moins de 70.000 orangs-outans sur les iles de Bornéo et Sumatra. Victimes de la déforestation et du braconnage, ils vont piller les parcelles agricoles et se font de plus en plus tués par les habitants. "Nous travaillons sur l’amélioration de la cohabitation entre les hommes et les grands singes. Nous voulons faire comprendre qu’un orang -outan vivant leur rapporte plus qu’un singe mort ", explique Marc Ancrenaz, vétérinaire à Bornéo et à la tête de l’association Hutan.

 

A la fin de l’exposition un grand mur affiche des objets de notre quotidien : chaussures, sac plastiques, chaises en bois, machines à laver, gâteaux. Des biens fabriqués grâce aux ressources de la forêt : le pétrole, les métaux précieux, le bois, les plantes, l’huile de palme pour faire ces objets. "Mais derrière ce mur on trouve des solutions concrètes pour orienter le consommateur, " explique Emmanuelle Grundman, primatologue du muséum.

Mais le muséum s’engage aussi à reverser une partie des recettes de visites pour la protection des grands singes et lance un appel aux dons pour aider a lutter contre leur braconnage près de son antenne en Ouganda. Le directeur du Muséum s’est aussi engagé à rénover la singerie du jardin du plantes pour la mettre aux normes du bien être animal. 

Sur la Piste des Grands Singes 

Jusqu’au 21 mars 2016 

Jardin des Plantes, Grande Galerie de l’Evolution 

36 rue Geoffroy-Saint-Hilaire 75005 Paris. 

Tous les jours sauf le mardi et 1er mai.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.