À MOI SEULE, un film de Frédéric Videau

(©)

JOUEZ ET GAGNEZ 30 PLACES POUR DÉCOUVRIR LE FILM

" À MOI SEULE ", un film France Info !

Drame de Frédéric Videau - avec Agathe Bonitzer, Reda Kateb, Hélène Fillières. Durée : 1H31.

Synopsis : Gaëlle est soudain libérée par Vincent, son ravisseur, après huit années d'enfermement, où chacun a été " tout " pour l'autre. Cette liberté gagnée jour après jour contre Vincent, Gaëlle doit à nouveau se l'approprier dehors, face à ses parents et au monde qu'elle découvre.

Frédéric Videau à propos du film : "Quelqu'un m'a dit à propos de " À moi seule " : " c'est un film dans lequel tout le monde a un point de vue moral sur ce qui arrive à Gaëlle, sauf elle. " C'est parfaitement exact. Et je me rends compte que ces dernières années, sur un plan personnel, j'ai évolué de telle manière que je ne recherche plus ce qui est moral, je recherche ce qui est juste pour moi. J'interroge sans cesse ce que je fais, mais je ne le juge plus. Simplement, si c'est juste pour moi, je le fais. Dans le film, Gaëlle fait ce qui est juste pour elle. Pour preuve : elle va un soir jusqu'à s'excuser auprès de son ravisseur de lui avoir balancé deux gifles. Elle sait évidemment que le lendemain, elle sera de nouveau face à lui et qu'elle devra sauver sa peau. Mais surtout, compte tenu du rapport qui est le leur, ça lui paraît juste de le faire. Je conçois que ça puisse paraître choquant pour tel ou tel spectateur, mais à ce moment-là, je comprends pourquoi elle le fait, je pense qu'elle a raison, et je sais qu'elle est sincère."

"Bien sûr que c'est un film dur, bien sûr que c'est un drame, mais c'est un film assez drôle par moment, avec ce même humour grinçant qu'il y avait dans " Variété Française " ou dans " Le fils de Jean-Claude Videau ". J'ai peu de références cinématographiques pour expliquer ça, sauf John Ford. Mes références sont littéraires : c'est Joseph Wambaugh, Donald Westlake, Ross Thomas, c'est par endroits James Ellroy, et c'est Jean-Patrick Manchette. Je ne peux pas, et dans la vie et dans le travail, me départir de quelque chose qui est à la fois de l'ordre de l'humour,de la dérision et d'une forme de noirceur dans le réel."