Cet article date de plus de huit ans.

9 MOIS FERME, un film d'Albert Dupontel

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

9 MOIS FERME – un film d'Albert Dupontel avec Sandrine
Kiberlain, Nicolas Marié, Philippe Uchan et Albert Dupontel. En salles le 16
octobre 2013.

Ariane Felder est enceinte ! C'est d'autant plus surprenant que cette
jeune juge aux mœurs strictes est une célibataire endurcie. D'après les tests
de paternité, le père de l'enfant n'est autre que Bob, un criminel poursuivi
pour une atroce agression. Ariane, qui ne se souvient de rien, tente alors de
comprendre... Une comédie absurde et mordante, à découvrir en salles au plus vite.

Le criminel et la juge, un duo hors du
commun - 9 Mois Ferme - Crédit Photo © Jérôme Prébois

Albert
Dupontel à propos de la genèse et du tournage du film :

" L'idée de faire se
rencontrer une juge et un délinquant est venue du documentaire de Raymond
Depardon – 10ème chambre, instants d'audience, qui m'avait
beaucoup choqué et ému. Après le Vilain et sa fantaisie
" métaphysique ", je souhaitais revenir à une référence plus réaliste
et faire ce que j'avais auto-baptisé " une comédie de mœurs
déviante ". Le décalage est moins brutal et l'identification n'en est que
plus présente. La solution aux crises dramatiques est souvent une
pirouette  pour donner aux films un aspect
drolatique. 
Tourner au Palais de Justice est
quasi impossible. Ce décor est unique au monde, aucun Palais de Justice
n'existe dans un lieu aussi ancien et prestigieux. Le paradoxe réside dans la
beauté des lieux et les tragédies qui s'y déroulent au quotidien... C'est très
impressionnant ! "

*Albert Dupontel et Sandrine Kiberlain

  • Crédit Photo © Jérôme Prébois*

" J'ai choisi Sandrine
Kiberlain pour interpréter la juge pour son humilité. En dépit des colères
exigées par le script, elle restait éminemment touchante et juste... On a cherché
une silhouette de femme psychorigide comme l'apparence de sa fonction l'exige.
Sandrine a travaillé avec la costumière Mimi Lempicka pour arriver à ce
résultat. Quant à mon personnage, Bob Nolan, je le définirais comme un décalé
social et intuitif génial. C'est le seul qui soit resté profondément humain en
dépit de sa mise à l'écart de la société depuis son enfance. Son absence
d'éducation ne lui a jamais fait perdre l'instinct de l'essentiel. En fait
c'est lui qui va révéler à la juge sa propre humanité. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Culture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.